BFM Business

SNCM: "l'Etat prend ses responsabilités" affirme le gouvernement

La SNCM est en grève depuis mercredi 1er janvier

La SNCM est en grève depuis mercredi 1er janvier - -

Le ministères des Transports a rappelé, ce jeudi 2 janvier, son engagement auprès de la SNCM. Il appelle la direction à mettre en œuvre le plan de redressement.

Le ministère des Transports met les points sur i. Il a appelé, ce jeudi 2 janvier, la direction de la SNCM à mettre en œuvre le plan de redressement de la compagnie maritime en difficulté, assurant que "l'Etat prend parfaitement ses responsabilités".

"L'Etat travaille depuis des mois de manière volontariste sur tous les plans pour continuer à assurer l'activité de l'entreprise", déclare le ministère, alors que les navires de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) sont à quai depuis mercredi 1er janvier en raison d'un mouvement de grève.

Les syndicats accusent l'Etat et l'actionnaire Veolia de ne pas faire le nécessaire pour appliquer un plan de sauvetage prévoyant 70 millions d'euros d'économies par an pour atteindre la rentabilité en deux ans, via la suppression de 500 postes et le renouvellement des navires.

Après, ce qui va sauver l'entreprise, c'est de réduire ses coûts", fait valoir le ministère. "Ce n'est pas à l'Etat d'appliquer le plan, mais à la direction. Pour faire face à la saison 2014 sans cumuler les pertes, il faut absolument faire aujourd'hui ce travail de réduction des coûts", insiste-t-on.

"Réduire les coûts"

"L'Etat a versé 20 millions d'euros cet automne et vient de s'engager pour 30 millions d'euros qui vont assurer toute la trésorerie de 2014", rappelle le ministère. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a promis mardi l'apport de cette somme supplémentaire, mais il n'a pas réussi à rassurer les syndicats.

Le ministère souligne aussi le fait que le gouvernement a engagé des recours contre la condamnation de la SNCM par Bruxelles à rembourser 440 millions d'euros d'aides jugées illégales.

D. L. avec AFP