BFM Business

SNCF: un document interne relance l’hypothèse d’une privatisation

Le gouvernement a toujours assuré qu'aucune privatisation de la SNCF n'était au programme.

Le gouvernement a toujours assuré qu'aucune privatisation de la SNCF n'était au programme. - Christophe Simon - AFP

Le texte, qui rend compte d’une réunion entre les cadres de la compagnie et le ministère des Transports, évoque un cadre juridique pouvant permettre une telle opération.

A la veille d’une nouvelle journée de grève, pour laquelle la direction de la SNCF attend une forte mobilisation, l’information pourrait faire l’effet d’une bombe. Car contrairement à ce qu’a toujours assuré le gouvernement, la réforme ferroviaire pourrait poser les bases juridiques permettant une privatisation de la compagnie.

Ce dimanche, le site du Parisien publie en effet le compte-rendu d’une réunion entre des cadres de la SNCF et le cabinet du ministère des transports. On y apprend que la compagnie souhaite "limiter l'incessibilité des titres de l'entreprise publique à la seule holding".

Le gouvernement dément

Si tel était le cas, une ouverture du capital de SNCF Réseau et de SNCF Mobilités, qui gèrent respectivement les trains et l’infrastructure, serait envisageable.

"Cette demande ouvre la voie à une privatisation de l’entreprise publique alors que depuis des semaines le gouvernement et la direction nous répètent en chœur que cette réforme ferroviaire n’est pas la privatisation de la SNCF.", peste Fabien Villedieu, syndicaliste Sud-Rail, interrogé par le quotidien.

Le gouvernement, lui, dément en bloc auprès du Parisien: "Il n'y a pas de sujet. C'est une réunion de travail. Notre position n'a pas changé. L'incessibilité des titres de la SNCF concerne aussi bien la holding que SNCF Mobilité et Réseau".

Y.D.