BFM Business

SNCF: le rapporteur de la loi écarte l'idée d'un "moratoire"

"Pascal Pavageau a une approche très 'convergence des luttes, rapport de force', qui n'est pas notre méthode", a regretté Jean-Baptiste Djebbari. 

"Pascal Pavageau a une approche très 'convergence des luttes, rapport de force', qui n'est pas notre méthode", a regretté Jean-Baptiste Djebbari.  - Christophe Simon / AFP

Jean-Baptiste Djebbari, député LREM, a rejeté cette demande formulée dimanche par le patron de FO, Pascal Pavageau.

Jean-Baptiste Djebbari, député LREM rapporteur du projet de loi sur la SNCF, a écarté lundi l'idée d'un "moratoire" sur la réforme ferroviaire "nécessaire", une demande formulée dimanche par Pascal Pavageau, le nouveau secrétaire général de Force Ouvrière.

"Pas de moratoire", a assuré le député de Haute-Vienne sur CNews. "Cette réforme, elle est nécessaire pour les cheminots", a-t-il plaidé. "L'ouverture à la concurrence a été votée dans le quinquennat précédent, c'est une demande des régions, et la situation de la SNCF est très dégradée", a-t-il justifié. "Nous n'allons pas nous asseoir sur ce que nous avons voté en première lecture à l'Assemblée la semaine dernière", a prévenu le député.

"Si vous voulez que les choses se tassent, vous gelez la réforme"

Dimanche le nouveau secrétaire général de Force ouvrière Pascal Pavageau, qui succède à Jean-Claude Mailly, a plaidé pour un moratoire sur la réforme. "Si vous voulez que les choses se tassent, vous gelez la réforme et vous reprenez le dialogue, vous prenez le temps", a déclaré Pascal Pavageau lors du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, au douzième jour de grève à la SNCF. "Puisque le Premier ministre souhaite reprendre les discussions, qu'il les reprenne sereinement", a-t-il ajouté. 

"Pascal Pavageau a une approche très 'convergence des luttes, rapport de force', qui n'est pas notre méthode. Ça va finir par nous faire regretter Jean-Claude Mailly qui avait une approche assez constructive", a regretté Jean-Baptiste Djebbari. Édouard Philippe recevra le 7 mai à Matignon l'ensemble des syndicats de la SNCF et leurs responsables confédéraux lors de réunions bilatérales.

J.-C.C. avec AFP