BFM Business

SNCF: la CGT sort l'artillerie lourde

"Le premier syndicat de la compagnie ferroviaire a appelé ce mardi à une grève illimitée chaque jour à partir du 31 mai."

La CGT intensifie un peu plus son mouvement de grève à la SNCF. Le premier syndicat de la compagnie ferroviaire a appelé ce mardi 24 mai à une grève illimitée chaque jour à partir du 31 mai, à 19h. Il s'agit de peser dans les négociations sur les conditions de travail des cheminots. 

Jusqu'à présent, le syndicat appelait à faire grève tous les mercredi et jeudi. Il rejoint de facto l'UNSA et la CFDT qui appelaient déjà à la grève reconductible. De son côté SUD-rail couvre les cheminots depuis une semaine par un préavis reconductible, jusqu'au 11 juillet.

Le préavis de la CGT est maintenant "reconductible par période de 24 heures".

Comme l'UNSA et la CFDT

"Comme tente de le faire le gouvernement sur la loi 'travail', vous vous évertuez à passer en force un projet inacceptable pour les cheminots", écrit le syndicat dans son préavis adressé à la SNCF, à la veille d'une nouvelle séance de négociation. 

Pour le mouvement prévu ce mercredi et jeudi, cinquième épisode de grève depuis début mars, la SNCF prévoit un trafic "perturbé" mais "moins que la semaine dernière", avec notamment 3 TGV sur 4 et 4 RER sur 5 en circulation. En province, la SNCF annonce 2 TER sur 3 et 6 Intercités sur 10. La semaine dernière, la SNCF avait dénombré environ 15% de grévistes, la CGT-cheminots "plus d'un cheminot sur trois".

Les négociations avec la direction de la SNCF sur un nouvel accord sur le temps de travail et avec le patronat du secteur ferroviaire sur une convention collective harmonisée pour l'ensemble du secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé), en vue de l'ouverture élargie à la concurrence à partir de 2020, sont entrées dans leur dernière phase.

La SNCF souhaite aboutir le 7 juin, avant le début de l'Euro. Au niveau de la branche, les discussions doivent en théorie s'achever les 1er et 2 juin. Une nouvelle réunion se tiendra jeudi à la demande des organisations syndicales.

J.M. avec AFP