BFM Business

SNCF : Guillaume Pepy ne briguera pas de troisième mandat

Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, lors de la présentation des résultats du groupe à Saint-Denis.

Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, lors de la présentation des résultats du groupe à Saint-Denis. - Éric Piermont / AFP

Guillaume Pepy est à la tête de la compagnie ferroviaire depuis dix ans.

Guillaume Pepy, qui dirige la SNCF depuis dix ans, ne sollicitera pas un troisième mandat à la tête de l'entreprise publique en 2020, a-t-il déclaré mercredi sur Europe 1.

"Je pense que je ne solliciterai pas un troisième mandat parce que, après une dizaine d'années à la SNCF, je pense que c'est bien qu'il y ait un œil neuf", a-t-il dit au moment où le gouvernement lance une réforme délicate du groupe public ferroviaire. 

"J'ai la responsabilité de conduire cette entreprise et c'est une entreprise formidable. [...] J'ai un mandat jusqu'en 2020", a rappelé Guillaume Pepy. Il a cité en exemple ses prédécesseurs Louis Gallois et Jacques Fournier qui ont dirigé le groupe pendant deux mandats.

L'annonce de sa décision survient au moment où le gouvernement entend notamment mettre fin au statut des cheminots à l'embauche, provoquant la colère des syndicats. 

Dix ans à la tête de la SNCF

Guillaume Pepy s'est imposé depuis dix ans à la tête du groupe public, où il a passé l'essentiel de sa carrière et traversé de nombreuses crises: fermetures de gares inopinées, pannes retentissantes, accidents mortels de Brétigny-sur-Orge et d'une rame d'essai à Eckwersheim.

Né le 26 mai 1958, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris puis de l'Ena, Guillaume Pepy entre au Conseil d'Etat en 1984. Après un court passage au cabinet du ministre du Budget Michel Charasse, il rejoint pour la première fois à la SNCF en 1989.

Après quelques escapades dans des cabinets ministériels socialistes, il devient en 1998 directeur général délégué de toutes les activités voyageurs puis, en 2003, directeur général exécutif et numéro deux du groupe. Il prend la tête du groupe en février 2008.

J.-C.C. avec AFP