BFM Business

Sexe, french bashing et Jésus... les pires sorties du patron de Ryanair

Michael O'Leary ne manie pas la langue de bien, bien au contraire

Michael O'Leary ne manie pas la langue de bien, bien au contraire - Paul de Souza - AFP

Michael O'Leary a fait les gros titres cette semaine en proposant à Air France de "racheter des sièges" à sa compagnie. il faut dire que le sémillant patron de Ryanair manie la provocation avec un style qui lui est propre. Florilèges.

Les journalistes n'en ont pas cru leurs oreilles. Des prostitués à bord des avions Ryanair? C'est pourtant bien ce qu'on pouvait comprendre de la saillie du jour de Michael O'Leary. En ce 18 juin 2008, lors d'une conférence de presse à Düsseldorf, le (très) subversif patron de la compagnie affirme fièrement qu'"il y a une classe éco à partir de 10 euros et une classe affaire de 4.000 à 5.000 euros". Et cette classe est (en anglais) "Bed and Blowjob inclusive", ce que l'on peut traduire par "lit et fellation compris (sic)" comme le relève le tabloïd allemand Bild.

Panique du côté du service de presse de Ryanair. Finalement une attachée de presse s'en sort plus ou moins en expliquant que l'expression "Bed and Blowjob" en argot anglais ne signifie rien d'autre qu'"un confort luxueux et des services de pointes".

La langue du Michael O'Leary aurait donc fourché. Mouais…Le doute est d'autant plus permis que le plus médiatique des dirigeants irlandais a un goût très prononcé pour la provocation. Pas plus tard que cette semaine, le patron de Ryanair a fait les gros titres de l'actualité en proposant à Air France de louer ses avions pour les vols moyen-courrier. "Cela leur coûterait nettement moins cher de nous acheter des sièges que de faire voler leurs propres avions. Je pense même que c’est le sens de l’histoire", déclarait-il dans les Echos de mardi dernier.

En plus de 20 ans de carrière, O'Leary a prononcé tant de phrases choc qu'on pourrait presque en faire un manuel. Les citations d'un goût douteux sont en quelque sorte devenues sa marque de fabrique. Et la presse anglo-saxonne -de Business Insider au Daily Telegraph- n'en manque pas une. Interrogé un jour par le Guardian, O'Leary se permet même d'égratigner les lecteurs (" Ils achètent tous des SUV pour rouler dans Londres(…) ils sont l'équivalent de bombes nucléaires environnementales"). Voici donc un florilège des citations les plus percutantes.

> Sur son amour pour la France

-"Si le réchauffement climatique était équivalent à une hausse des températures d'un ou deux degrés, la France deviendrait un désert, ce qui ne serait pas forcément une mauvaise chose. Et les Ecossais pourraient faire pousser de la vigne et produire de la mozzarella de bufflonne"

-"La personne la plus influente lors des 20 ou 30 dernières années a été Margaret Thatcher. Sans elle, nous serions tous en train de vivre dans une sorte de foutue république française au chômage"

-"J'adore la France et les Français (ah bon?, ndlr). Je méprise juste sa classe politique qui détruit avec beaucoup d'application l'économie française en pensant qu'on peut répondre à la mondialisation par le protectionnisme. Regardez le nombre de jeunes talents français qui viennent travailler à Londres ou à Dublin. Si cela ne change pas, la France va vers la faillite"

- "Les Français n'ont jamais eu de grands philosophes. Du grand vin, peut-être, mais jamais de grands philosophes".

> Sur son amour pour ses employés et collègues

- "A la sortie de leur MBA les étudiants arrivent en disant: "mon personnel est mon actif le plus important". C'est n'importe quoi. Le personnel est généralement votre coût le plus élevé. Nous employons tous des connards fainéants qui ont besoin d'un coup de pied dans l'arrière-train. Mais personne n'ose l'admettre".

- A un de ses salariés qui participaient à une session de questions-réponses sur Twitter: "Retourne bosser, feignasse, ou tu es viré".

- En ouverture d'une conférence de presse lors de résultats annuels: "Je suis donc avec Howard Miller et Michael Cawley, nos deux directeurs généraux délégués. Mais là ils viennent tout juste de faire l'amour dans les toilettes des hommes, c'est vous dire comme ils sont excités par nos résultats d'aujourd'hui'.

> Sur son amour pour lui-même

- "Est-ce que l'on transporte des gens riches à bord? Eh bien oui, j'ai volé dans l'un de nos avions ce matin et je suis très riche".

- "Je suis le patron européen le moins apprécié à sa juste valeur et le moins bien payé. Je gagne environ 20 fois le salaire d'un employé moyen de Ryanair et je pense que l'écart devrait être plus large".

- "Les gens me me compare à Jésus, Superman, ou une odieuse petite merde. Je pense être Jésus. Un prophète en son temps".

- "Le plus grand succès de Ryanair? Avoir apporté des tarifs bas en Europe et continuer à les abaisser. Leur plus grand échec? M'avoir engagé".

- "Je devrais avoir le prix Nobel de la paix, oubliez Bono (le chanteur du groupe de pop U2, ndlr)"