BFM Business

Ryanair se lance dans les vols transatlantiques

Ryanair se lance dans les vols en correspondance

Ryanair se lance dans les vols en correspondance - Germany OUT

La compagnie irlandaise a trouvé le moyen de se lancer dans les vols long-courriers sans investir dans une flotte d'avions. Elle s'allie aux compagnies Norwegian et Aer Lingus pour mettre en vente des vols à destination des États-Unis.

Voilà une nouvelle qui devrait ravir bon nombre de voyageurs. Dans le cadre du plan d’amélioration de son service clientèle, Ryanair a annoncé se lancer dans les vols transatlantiques en proposant des vols long-courriers, à destination de New York ou encore Boston. Pour ce faire, la compagnie irlandaise va s'allier avec Norwegian et Aer Lingus qui assurent déjà des liaisons vers les États-Unis.

L'offre devrait voir le jour au mois de septembre avec des vols au départ de Dublin, Cork ou Shannon pour un prix avoisinant les 69 euros. Pour un départ de Beauvais, comptez 19 euros supplémentaires pour rejoindre la capitale irlandaise. 

Concrètement, Ryanair assurera la première partie du voyage en transportant ses passagers qu'à l'aéroport d'où partent les vols internationaux de Norwegian et d'Aer Lingus. Il s'agit d'une petite révolution pour la compagnie irlandaise qui, à l'instar de ses concurrents, se contentait jusqu’alors de proposer des vols directs à prix très attractifs. Grâce à cette alliance, la première compagnie d'Europe cherche à se démarquer des autres low cost.

D'autres partenariats à venir

Le directeur marketing de Ryanair, Kenny Jacobs, affirme que d’autres partenariats sont envisagés avec des compagnies telles que British Airways, Iberia, Vueling, ou encore Air-France-KLM et Lufthansa. "Aux Etats-Unis, ce système existe depuis des années, mais en Europe, c’est une nouveauté de voir des low-cost collaborer avec des compagnies traditionnelles", a déclaré Kerry Jacobs.

Dans un premier temps -dès la fin du mois d’avril- Ryanair proposera des vols en correspondance sur son propre réseau, d’abord à l’aéroport de Rome-Fiumicino, d’après le quotidien Irish Independent, avant de s’étendre à d’autres plateformes. Une pratique contraire aux habitudes des compagnies low cost qui vendent uniquement des billets pour des vols dits en "point à point", c'est-à-dire d'un aéroport à l'autre, sans correspondance. 

P.L