BFM Business

Ryanair s'ouvre aux syndicats de pilotes

Ryanair est sur le point de devoir faire face à la première grève de ses pilotes de son histoire.

Ryanair est sur le point de devoir faire face à la première grève de ses pilotes de son histoire. - David Nilsson - AFP

Pour éviter de faire face à une grève d'ampleur dans plusieurs pays, la compagnie aérienne low cost va engager des discussions avec les syndicats de pilotes locaux afin de les reconnaître comme représentatifs.

La compagnie à bas coût Ryanair a proposé ce vendredi d'accepter en son sein pour la première fois des syndicats de pilotes, afin d'éviter plusieurs grèves prévues en Italie, Irlande ou au Portugal.

Le transporteur irlandais a annoncé dans un communiqué vouloir engager des discussions avec les syndicats de pilotes dans plusieurs pays afin de les reconnaître comme représentatifs, répondant ainsi à leur demande, à condition qu'ils mettent en place des commissions dédiées à Ryanair. Le groupe est sous la menace de la première grève de pilotes de son histoire, avec un mouvement social prévu ce vendredi en Italie, avant une grève en Irlande et au Portugal le 20 décembre.

Ryanair explique avoir décidé de revenir sur sa politique de toujours consistant à ne reconnaître aucun syndicat et demande par conséquent aux pilotes de renoncer à leurs mouvements de grèves.

Peu après cette annonce les pilotes de Ryanair en Italie ont annoncé leur intention de suspendre leur grève. L'Association nationale des pilotes de l'aviation civile (Anpac) a salué "un premier pas très important", résultat selon elle de "la cohésion dont a fait preuve le personnel, la solidarité exprimée par les organisations professionnelles européennes et les prises de positions dures" des responsables politiques italiens pour défendre le droit de grève.

Un "changement important"

"Les vols pour Noël sont très importants pour nos clients et nous souhaitons éviter toute crainte ou inquiétude sur de possibles perturbations en raison des mouvements sociaux des pilotes la semaine prochaine", explique dans un communiqué Michael O'Leary, le directeur général. Et le tonitruant patron de la première compagnie low cost d'Europe d'ajouter: "Reconnaître des syndicats sera un changement important pour Ryanair".

La compagnie ne voulait négocier jusqu'à présent avec ses pilotes qu'au sein de comités locaux de représentation du personnel. Les syndicats des pilotes, qui réclament de meilleures conditions de travail et de rémunération, demandent la reconnaissance d'une instance unique de représentation du personnel sur le plan européen.

J.M. avec AFP