BFM Business

Renault serait proche d'obtenir son billet pour la Chine

Renault serait à deux doigts d'obtenir l'aval des autorités chinoises pour monter une coentreprise avec Dongfeng.

Renault serait à deux doigts d'obtenir l'aval des autorités chinoises pour monter une coentreprise avec Dongfeng. - -

Le constructeur français attendrait de façon imminente le feu vert des autorités chinoises pour nouer un partenariat avec le constructeur Dongfeng. Et rattraper ainsi son retard sur l'un des marchés les plus dynamiques.

Renault serait à deux doigts de planter sa première banderille en territoire chinois. Selon les Echos de ce vendredi 22 novembre, le groupe dirigé par Carlos Ghosn attendrait de façon imminente le feu vert de Pekin pour s'implanter dans le pays en partenariat avec le constructeur local Dongfeng.

Le groupe automobile français a déjà reçu un accord oral, et un conseil d'administration extraordinaire s'est tenu, jeudi 21 novembre, pour valider le projet de création d'une coentreprise avec Dongfeng.

La première usine de Renault en Chine serait alors implantée à Wuhan avec une capacité initiale de 150.000 véhicules pour un investissement global de 870 millions d'euros.

Toutefois des incertitudes pourraient retarder l'officialisation de cet accord, une arlésienne pour le groupe français. Actuellement, Dongfeng, qui est déjà partenaire de Nissan, Honda et surtout de PSA, examine la possibilité de rentrer au capital de la dernière entreprise citée.

Un marché en très forte croissance

S'il se concrétise, cet accord marquerait le retour de Renault sur le marché chinois, après un premier échec retentissant en 1994, lorsqu'il avait créé une coentreprise avec China Sanjiang Space Group.

Le groupe serait ainsi l'un des derniers grands constructeurs français à rentrer dans la danse, alors que PSA est présent depuis plus de 20 ans en Chine, pays où la croissance du parc automobile est importante.

Au mois de septembre dernier, 1,94 million de véhicules ont été vendus dans le pays, soit une hausse de 19,7% par rapport au même mois de 2012. Selon le cabinet Mc Kinsey, le marché devrait croître, en moyenne, de 8% par an jusqu'en 2020 pour atteindre les 22 millions de véhicules vendus par an.

J.M.