BFM Business

RailCoop concrétise son projet de liaison ferroviaire entre Lyon et Bordeaux en 2022

RailCoop veut relier Lyon à Bordeaux dès 2022.

RailCoop veut relier Lyon à Bordeaux dès 2022. - RailCoop

La coopérative ferroviaire RailCoop veut relancer la liaison ferroviaire directe entre Lyon et Bordeaux en passant par Roanne, Guéret et Limoges.

Vous pourrez bientôt monter dans un train à Lyon Part-Dieu, et descendre quelques heures plus tard à Bordeaux, sans passer par Paris ou multiplier les (longues) correspondances en TER. C'est le pari de la coopérative ferroviaire RailCoop, qui veut relancer la liaison directe entre les deux métropoles, en desservant les villes moyennes du Massif central délaissées par le règne du TGV. Née un an plus tôt en tant que société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), RailCoop mise sur l'ouverture à la concurrence du ferroviaire et le financement citoyen. Et vient d'atteindre son objectif: lever 1,5 million d'euros.

La coopérative compte aujourd'hui un peu plus de 5000 sociétaires, essentiellement des personnes physiques, qui ont chacun souscrit une ou plusieurs parts sociales – chaque part sociale correspond à 100 euros. "Nous avons déjà dépassé notre objectif de 1,5 million d'euros en termes de capital souscrit, et nous l'avons quasiment atteint en termes de capital souscrit et libéré. Pour ce dernier, ce n'est qu'une question de jours, le temps que ceux qui ont souscrit concrétisent leurs intentions en opérant les virements bancaires", précise sa directrice générale déléguée, Alexandra Debaisieux.

Cette somme est nécessaire pour mettre en route le projet en payant les prestataires ou la redevance due à SNCF Réseau. C'est, aussi, le minimum obligatoire qu'il faut présenter pour obtenir une licence ferroviaire et un certificat de sécurité, le "Graal réglementaire" pour lancer sa propre compagnie. Mais pour faire circuler des trains de passagers dès l'été 2022, ce ne sera pas suffisant: RailCoop devra dépenser, au total, 5 millions d'euros pour lancer sa propre ligne ferroviaire Lyon-Bordeaux. Outre le capital social, qui continue à être collecté, la coopérative négocie des prêts auprès de banques.

Trois allers-retours quotidiens

Une fois la ligne lancée, RailCoop mise sur un financement d'entreprise plus classique, et compte sur la vente de billets pour construire son modèle économique. De bout en bout de la ligne, "nous avons calculé, dans notre 'business plan', que nous aurons besoin d'un billet à 38 euros pour arriver à l'équilibre financier. Ce ne sera pas au final le prix effectif du billet, mais c'est ce sur quoi nous travaillons", avance Alexandra Debaisieux, qui évoque des probables options et des réductions pour les sociétaires. "On s'est aligné sur le prix du covoiturage", précise-t-elle.

Trois allers-retours quotidiens entre Bordeaux et Lyon, dont un voyage de nuit, sont au programme: la ligne desservira Libourne, Périgueux, Limoges, Saint-Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain-des-Fossés et Roanne, en 6 heures et 47 minutes – contre 5h30 pour le trajet le plus court en voiture, en prenant l'autoroute, de la place de la Bourse à Bordeaux à la place Bellecour à Lyon. Mais la voiture n'est pas la vraie concurrente pour RailCoop: ce sont avant tout les 'cars Macron' qui ont pris toute la place sur ces liaisons régionales délaissées par le train.

En attendant d'autres lignes: les liaisons Rennes-Toulouse et Lyon-Thionville, qui ont déjà été notifiées à l'Autorité de régulation des transports (ART), sont dans le viseur de la coopérative. Le trafic de fret, lui, va démarrer dès la fin de l'année.

Jérémy Bruno