BFM Business

Paris, Munich, Vienne... vers un retour des trains de nuit entre les grandes villes européennes

Carte des nouveaux trains de nuit européens

Carte des nouveaux trains de nuit européens - SNCF

Les transporteurs ferroviaires français, allemand, autrichien et suisse ont annoncé ce mardi de nouvelles liaisons de nuit longues distances transfrontalières.

Terrassés par les trains à grande vitesse, l'avion et une fréquentation chroniquement en baisse, les trains de nuit en Europe et notamment en France ont progressivement tiré leur révérence ces dernières années.

Mais la crise épidémique mondiale combinée aux aspirations écologiques des citoyens vont redonner une nouvelle vie aux liaisons nocturnes par train. Et l'initiative ne sera pas le fait d'un seul pays mais bien un projet commun de plusieurs états européens.

Une nouvelle offre européenne de trains de nuit

Les transporteurs ferroviaires français, allemand, autrichien et suisse (SNCF, DB, OBB et CFF) ont en effet annoncé ce mardi de nouvelles liaisons de nuit longues distances transfrontalières.

En résumé, il s'agit de relancer le mythique Trans-Europ-Express puiqu'il s'agira de mettre en place dès la fin de l'année prochaine les lignes Vienne-Munich-Paris, et Zürich-Cologne-Amsterdam suivies en 2022 de Zurich-Rome, en 2023 des liaisons Vienne-Berlin-Bruxelles et Vienne-Berlin-Bruxelles-Paris, puis fin 2024 de la ligne Zurich-Barcelone.

"Dès aujourd'hui nous évoluons vers le TEE 2.0", s'est ainsi félicité le ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer, lors d'une conférence de presse détaillant le projet.
Carte des nouveaux trains de nuit européens
Carte des nouveaux trains de nuit européens © SNCF

Ces trains de nuit devront emprunter le plus possible des tronçons à grande vitesse. Mais il y aura du travail: fabriquer de nouvelles rames confortables (ce qui est très coûteux) et harmoniser de nombreuses spécificités techniques (de sécurité notamment, de traction) qui différencient les réseaux ferrovoiaires européens. Car les trains devront être interopérables quelque soit le réseau utilisé.

Harmonisation indispensable

Mais les opérateurs ferroviaires comptent sur des syngergies et des économies d'échelle pour mener à bien ce projet.

"La coopération, en faveur du développement des trains de nuit en France et en Europe, permet de mettre en commun les forces de l’ensemble des 4 partenaires", peut-on lire dans un communiqué commun. Mais "un soutien financier public sera sans aucun doute indispensable pour soutenir le modèle économique de ces offres de nuit", soutien qui n'a pas été précisé à ce jour.

"Nous venons de signer avec @DB_Bahn @RailService @unsereOEBB un partenariat pour développer le train de nuit entre nos pays. Une belle coopération dont je suis fier et un signal fort pour une mobilité écologique, plébiscitée par beaucoup", commente Alain Krakovitch, directeur général de Voyage-SNCF sur son compte Twitter.

Une initiative au service de l'écologie

Selon l'AFP, le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou a de son côté estimé qu'il fallait écouter "la jeunesse (qui) a moins envie de prendre l'avion".

C'est le bon moment pour relancer cette offre de trains de nuit en Europe", a-t-il remarqué, reconnaissant que l'initiative avait été "lancée par les collègues", la SNCF ayant été jusqu'à présent plutôt frileuse sur ce créneau.

Pour bien souligner l'aspect écollogique de cette annonce, les partenaires rappellent ainsi "qu'un passager aérien produit environ 400 kg de CO2 sur le trajet Paris-Vienne, le même passager ne produirait que 40 kg de CO2 en prenant le train de nuit pour le même trajet, soit dix fois moins. Un seul voyage en train de nuit remplit jusqu'à 300 passagers et peut donc permettre d'économiser 108.000 kg de CO2 sur ce trajet. Ainsi, le renforcement du train de nuit peut apporter une contribution essentielle pour atteindre les objectifs climatiques ambitieux de l'UE".

Rappelons qu'en France, deux autres trains de nuit devraient (re)voir le jour en 2022 pour les lignes Paris-Nice et Paris-Tarbes-Hendaye.  

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business