BFM Business

L'Allemagne veut relancer les mythiques trains "TEE" pour remplacer l'avion en Europe

Une locomotive du TEE

Une locomotive du TEE - Wikimedia

Le réseau des Trans Europ Express (TEE) permettait de relier rapidement les capitales d'Europe de l'Ouest pendant la seconde moitié du 20ème siècle.

Des trains à grande vitesse directs entre Paris et Varsovie, ou entre Berlin et Lyon ou Barcelone? C'est le pari du gouvernement allemand, qui veut d'ici à 2025 faire renaître le mythique réseau des Trans Europ Express, pour notamment offrir une alternative à l'avion.

L'Allemagne, qui occupe la présidence tournante de l'Union européenne, a récemment présenté aux Etats membres un dossier complet visant à reconstituer un réseau transeuropéen de liaisons ferroviaires rapides, allant d'une capitale à l'autre de jour comme de nuit.

Un train du réseau à Munich en 1970
Un train du réseau à Munich en 1970 © Wikimedia

"Nous voulons mieux interconnecter les liaisons ferroviaires à travers l'Europe", a résumé le ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer. Il faudrait selon lui intégrer ces liaisons transfrontalières au 'cadencement' des horaires que l'Allemagne entend généraliser vers 2025, en se coordonnant d'un pays à l'autre.

"Alors, le voyage en train (deviendrait) vraiment intéressant, même sur de longues distances", offrant une alternative crédible et respectueuse de l'environnement à l'avion, a-t-il lancé.

Andreas Scheuer revendique l'héritage doré des "Trans Europ Express" (TEE), des trains rapides qui ont parcouru l'Europe de l'Ouest de 1957 à 1991 - et ont marqué les esprits, inspirant entre autres le groupe allemand de musique électronique Kraftwerk.

Mais sa vision est beaucoup plus démocratique, puisque ceux-ci étaient exclusivement destinés à la clientèle affaires, n'offrant que des places de première classe (avec supplément). La Deutsche Bahn, la compagnie publique allemande, possède encore la marque.

Pour son "Trans Europ Express 2.0" (ou TEE 2.0), le gouvernement allemand envisage pour commencer quatre lignes transeuropéennes, dont trois passeraient en France: Paris-Bruxelles-Cologne-Berlin-Varsovie, Berlin-Francfort-Lyon Saint-Exupéry-Barcelone, Amsterdam-Bruxelles-Roissy CDG-Lyon Saint-Exupéry-Montpellier-Barcelone et Amsterdam-Cologne-Bâle-Milan-Rome.

Il avance même des horaires: parti de Paris-Nord à 09H00, le TEE numéro 1 arriverait ainsi à Bruxelles-Midi à 10H30, à Cologne à 12H15, à Berlin à 16H45 et Varsovie à 22H15... avec de nombreuses correspondances possibles.

Une partie du trajet se ferait à grande vitesse, mais les temps de parcours d'un bout à l'autre pourraient dépasser les treize heures!

Coentreprise paneuropéenne

Ils ont vocation à être améliorés, de même que la construction d'infrastructures nouvelles -comme un tunnel entre l'Allemagne et le Danemark- permettrait selon Berlin d'ajouter quatre autres lignes: Paris-Bruxelles-Hambourg-Stockholm, Paris-Stuttgart-Munich-Vienne-Budapest, Berlin-Munich-Innsbruck-Bologne-Rome et Stockholm-Copenhague-Berlin-Munich.

S'ajoutent des lignes de train de nuit moins rapides, dont Paris-Berlin, Francfort-Barcelone via Strasbourg, Lyon et Montpellier, Paris-Vienne puis Budapest et Zagreb, Paris-Copenhague-Stockholm, Berlin-Nice via Milan, etc.

Un billet du TEE
Un billet du TEE © Wikimedia

"La commissaire (aux transports Adina) Valean se réjouit de l'opportunité de discuter des détails du Trans Europ Express", a indiqué à l'AFP Stefan de Keersmaecker, un porte-parole de la Commission européenne.

"Il est évident que le rail devrait jouer un rôle de premier plan dans notre futur mix de transport, tant pour les passagers que pour le fret, a-t-il remarqué. Tous les efforts communs pour accroître l'attractivité du secteur sont bienvenus".

Paris partant?

A Paris, l'entourage du ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari voit plutôt l'initiative allemande d'un bon oeil, notamment le volet concernant les trains de nuit.

L'initiative du gouvernement allemand s'inscrit dans une dynamique favorable au ferroviaire outre-Rhin: le train est perçu comme stratégique par Berlin, qui entend moderniser le rail dans le cadre d'une politique de verdissement de son secteur des transports. Il souhaite notamment doubler le nombre de passagers d'ici à 2030, avec plus de 90 milliards d'euros d'investissements à la clef.

Et pour ses TEE 2.0, la présidence allemande de l'UE se montre résolument optimiste: "Etant donné que la transposition nécessite 'juste' une concertation des entreprises ferroviaires en ce qui concerne les horaires, l'homologation (du matériel), l'interconnexion des lignes ainsi que les tarifs, une réalisation à court terme semble envisageable."

L'Etoile du Nord rejoignait Paris à Amsterdam
L'Etoile du Nord rejoignait Paris à Amsterdam © Wikimedia

Elle propose la création d'une coentreprise, "par exemple" par la SNCF et la Deutsche Bahn, "à laquelle pourront participer d'autres chemins de fer intéressés et ambitieux" comme les NS néerlandais, les ÖBB autrichiens et les CFF suisses.

"Cette société, admise en tant qu'entreprise ferroviaire indépendante, achètera auprès des sociétés mères les services nécessaires pour produire son offre", écrit Berlin dans sa présentation.

Ce volontarisme peut surprendre, alors qu'une bonne partie des grandes compagnies nationales parlent plutôt de concurrence dans les pays voisins. La SNCF a prudemment préféré ne pas s'exprimer, n'ayant pas été contactée.

T.L avec AFP