BFM Business

Rafale: vers un contrat de 24 avions au Qatar?

Dassault est en discussions avec plusieurs pays pour tenter d'exporter son avion de chasse Rafale.

Dassault est en discussions avec plusieurs pays pour tenter d'exporter son avion de chasse Rafale. - Armée de l'air - AFP

Dassault serait entré en négociations exclusives avec le Qatar pour l'achat de 24 avions de chasse Rafale, rapporte ce lundi 24 novembre Europe 1. Une commande qui représenterait 2,5 milliards d'euros au prix catalogue.

Eternelle arlésienne, l'exportation du Rafale de Dassault pourrait connaître un nouveau rebondissement. Le groupe français serait ainsi entré en négociations exclusives avec le Qatar pour obtenir une commande de 24 avions de chasses, rapporte Europe 1, ce lundi 24 novembre.

Cette phase de négociations exclusives signifierait que la Qatar négocie actuellement avec Dassault et uniquement avec Dassault. La commande en question s'élèverait à 2,5 milliards d'euros au prix catalogue.

La radio indique également que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, serait "allé huit fois au Qatar, pour y rester parfois deux ou trois jours sans que cela soit inscrit à l'agenda". Ce qui aurait permis au Rafale d'obtenir les faveurs de l'émirat. 

Un contrat loin d'être acquis

Toutefois, le premier contrat à l'exportation du Rafale depuis sa mise en service en 1989 est encore loin d'être acquis.

Pour donner l'exemple le plus parlant, Dassault est déjà entré en phase de négociation avec exclusive avec l'Inde, dès le début de l'année 2012, pour la livraison de 126 appareils et une facture totale de 15 milliards d'euros. Or, à fin 2014, le contrat officiel n'a toujours pas été paraphé.

Maintes fois reportée, la signature de ce contrat capital pour l'avion de chasse est désormais espérée pour la fin du premier trimestre 2015 par Dassault. Le 5 novembre dernier, le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier estimait ainsi qu'il s'agissait d'un "objectif raisonnable".

Sur plusieurs fronts

L'avionneur continue toutefois d'être sur plusieurs fronts. Dassault Aviation est ainsi sur les rangs pour obtenir un contrat d'une soixantaine d'avions Rafale au Canada et a repris des négociations avec les Emirats Arabes Unis. En outre, le groupe français est actuellement en lice pour un contrat de 18 avions en Malaisie. Enfin Dassault Aviation guette un appel d'offre en provenance d'Indonésie où le gouvernement cherche à acquérir 16 avions.

En décembre 2013, l'avion de chasse avait en revanche essuyé un revers cinglant au Brésil où le gouvernement avait préféré jeter son dévolu sur le Gripen du suédois Saab, plus économe. "Le Brésil n'était pas une cible prioritaire pour le Rafale", affirmait alors Jean-Yves Le Drian.

L'exportation du Rafale revêt également un enjeu budgétaire. Des commandes à l'étranger viendraient en effet soulager les épaules de l'Etat, pour le moment seul client du Rafale. Le gouvernement avait ainsi pris l'engagement de commander 11 avions par an pour équilibrer le programme industriel.

J.M.