BFM Business

Rafale: l'Inde ne signera pas de commande en 2018

A un an des élections, le gouvernement indien veut éviter un polémique comme celle de 2016 lorsqu'il a été accusé par l'opposition de n'avoir pas obtenu d'accord sur le transfert de technologies.

A un an des élections, le gouvernement indien veut éviter un polémique comme celle de 2016 lorsqu'il a été accusé par l'opposition de n'avoir pas obtenu d'accord sur le transfert de technologies. - Sajjad HUSSAIN / AFP

Après la polémique sur la vente de 36 Rafale en 2016, l'Inde préfère laisser passer les élections de 2019 avant de signer une nouvelle commande pour les avions de combats du français Dassault Aviation.

Le bon de commande pour les Rafale qui devait être signé par l'Inde en 2018 ne le sera pas. Selon La Tribune, qui a obtenu l'information de sources concordantes indiennes et françaises, la signature de ce contrat pourrait créer une polémique que le Premier ministre Narendra Modi, leader du Bharatiya Janata Party (BJP), voudrait éviter.

"La principale force d'opposition au gouvernement Modi, le Parti du congrès, se déchaîne contre cette acquisition", précise La Tribune qui cite une source qui a assuré au journal qu"'il ne se passera rien sur ce dossier [...] dans un contexte préélectoral". Les prochaines élections indiennes sont prévues en avril ou mai 2019.

Vendre aux Indiens un Rafale "make in India"

Le gouvernement indien veut éviter de relancer le débat houleux de septembre 2016 après la commande de 36 Rafale. Le Parti du Congrès, principale force de l’opposition, présidé par Sonia Gandhi, avait accusé le gouvernement "d’avoir choisi dans l’urgence, la voie d’un accord de gouvernement à gouvernement peu favorable aux finances publiques et sans obtenir de transferts de technologies".

Pour finaliser l'accord après les élections de 2019, il faudra d'abord assurer à l'Inde que le Rafale sera "Make in India", du nom du programme gouvernemental visant à favoriser l'industrie indienne. Pour cela, une délégation française orchestrée par le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) partira en Inde du 16 au 19 avril pour étudier le dossier. Elle se compose des six maîtres d'œuvre (Airbus, ArianeGroup, Dassault Aviation, MBDA, Safran et Thales) et de 54 sous-traitants, fournisseurs, PME et équipementiers.

L'enjeu repose sur la vente de 100 à 200 Rafale, mais outre cette commande, il été aussi évoqué la vente de 111 hélicoptères Panther d'Airbus, de pièces d'artillerie ainsi que de trois sous-marins Scorpène.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco