BFM Business

PSA: le partenariat avec Dongfeng inquiète en interne

PSA va surtout se renforcer en chine via son accord avec Dongfeng.

PSA va surtout se renforcer en chine via son accord avec Dongfeng. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

A l'occasion de la visite du président Xi Jinping en France, le constructeur français signe officiellement, ce mercredi 26 mars, l'accord permettant au groupe chinois d'entrer dans son capital. Une coopération renforcée qui divise pourtant en interne.

La recapitalisation de PSA sera scellée ce mercredi 26 mars. C'est vers 18 heures que l'entrée de nouveaux actionnaires au capital du groupe automobile sera officiellement signée. L'Etat français et le Chinois Dongfeng vont devenir actionnaires du groupe avec 14% chacun. L'opération devrait apporter près de 3 milliards d'euros.

Ce nouveau tour de table permet à PSA de retrouver une certaine aisance financière. Mais l'accord est loin de faire l'unanimité.

Sauveur pour les uns, fossoyeur pour les autres, l'entrée de Dongfeng au capital de PSA fait ainsi beaucoup parler en interne. Selon certains partenaires sociaux, comme Force Ouvrière, grâce à Dongfeng, le groupe Peugeot évite tout simplement la faillite.

Surcapacités européennes

Mais tous ne partagent pas ce sentiment. Pour d'autres c'est une partie du savoir-faire du groupe Peugeot qui va progressivement quitter la France. Ils mettent en avant la mise au point de la technologie hybrid air. Ce nouveau moteur ultra-économe conçu par les ingénieurs de PSA en France devrait être industrialisé à l'étranger.

Autre inquiétude: l'accord concerne surtout le renforcement de PSA sur le marché asiatique et chinois en particulier. Les nouveaux partenaires songent à y développer un véhicule à bas coûts, modèle qui devrait être développé dans un centre de R&D qui sera installé en Chine.

Du coup, pour ces partenaires sociaux, l'accord ne résout pas la problématique des surcapacités de PSA en Europe. Pire, il les aggrave.

|||sondage|||1739

Mathieu Sevin