BFM Business
Transports

Pourquoi la SNCF met aux enchères 12 locomotives?

Ces motrices sont proposées en ligne avec des prix de départ tournant autour de 1,3 million d'euros. Une opportunité pour les opérateurs alternatifs.

C'est une première. La SNCF a décidé de vendre aux enchères 12 locomotives de son parc, les ventes auront lieu en ligne le 30 juin sur le site Agorastore, spécialisé dans les ventes de biens appartenant à l'Etat ou à des entreprises publiques.

Ces motrices électriques fabriquées par Alstom datent des années 2006 et affichent en moyenne 2 millions de kilomètres au compteur. Elles sont néanmoins "en bon état général" à l'exception de "défauts de pelliculage, d'éraflures, d'un peu de corrosion et de défauts de peinture". Elles ont été régulièrement maintenues car encore en circulation récemment.

Evidemment, cette vente est réservée aux professionnels. Il faut dire que la mise à prix initiale n'est pas anodine: 1,3 million d'euros en moyenne par machine et les enchères pourraient grimper.

Une des 12 locomotives mises aux enchères par la SNCF
Une des 12 locomotives mises aux enchères par la SNCF © Agorastore

Une opportunité pour les opérateurs alternatifs

Pourquoi la SNCF se sépare-t-elle de ce matériel au lieu de le recycler? Ces motrices qui au sens de la SNCF sont encore jeunes, circulaient essentiellement sur le réseau Transilien (Ile-de-France). Or, le transporteur renouvelle progressivement le matériel roulant sur les lignes qui composent ce réseau avec des rames automotrices d'Alstom, rendant donc inutiles ces locomotives.

Leur mise en aux enchères s'inscrit par ailleurs dans un contexte particulier. Avec l'ouverture à la concurrence dans le ferroviaire, les opérateurs alternatifs (qui ont des moyens limités) sont en quête de matériel d'occasion ou réformé bien moins coûteux à acquérir que du matériel neuf, pour le transport de passagers ou de fret.

Or, les rames et les locomotives de seconde main sont plutôt rares actuellement et les nouveaux entrants sur le marché du rail sont de plus en plus nombreux. En France, on peut citer la compagnie Le Train (qui a justement bien du mal à trouver du matériel roulant) ou encore Railcoop. Mais d'autres acteurs européens pourraient également être intéressés: des opérateurs de transports ou encore des spécialistes de la location de matériel roulant.

Cette vente tombe donc au bon moment pour la SNCF qui pourrait s'offrir un petit pactole si les 12 locomotives sont vendues (presque 16 millions d'euros).

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business