BFM Business

Pour contrer Uber, les taxis n'ont pas dit leur dernier mot

Les taxis devraient de nouveau manifester en janvier contre la concurrence des VTC.

Les taxis devraient de nouveau manifester en janvier contre la concurrence des VTC. - Kenzo Tribouillard - AFP

Les chauffeurs de taxi devraient se mobiliser de nouveau fin janvier pour protester contre la concurrence des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC).

Les taxis restent mobilisés contre les VTC. Une réunion de l’intersyndicale est prévue jeudi prochain pour déterminer la date d’une nouvelle manifestation, et les modalités de cette mobilisation, selon les syndicats CGT et FO. Les taxis dénoncent depuis de nombreux mois la concurrence des voitures de tourisme avec chauffeur. Le syndicat Taxis de France "propose" une "journée d'action nationale et coordonnée" le 26 janvier, date lancée par les taxis marseillais, a indiqué à l'AFP son responsable, Sylla Ibrahima.

Un mouvement "est en préparation", a confirmé Karim Asnoun (CGT) et une réunion est prévue la semaine prochaine à cet effet. "La décision définitive" sera prise en intersyndicale "le 7 janvier", a précisé Nordine Dahmane (FO). "Il est clair que les taxis n'en peuvent plus de cette concurrence sauvage" des VTC, a poursuivi Nordine Dahmane.

Davantage de surveillance réclamée 

Le marché du transport de personnes "n'est pas extensible" et ne peut pas "embaucher tout le monde sous prétexte qu'il y a trois millions de chômeurs. Il faut que le gouvernement reprenne les choses en main", a-t-il ajouté. Sylla Ibrahima a aussi mis en cause les "dérives" sur le terrain des VTC, évoquant "maraude électronique, occupation de la voie publique, racolage".

Les taxis avaient manifesté le 25 juin contre l'application mobile UberPop, qui mettait en relation passagers et particuliers au volant de leur propre véhicule. Leur mobilisation avait été émaillée de violences, avec deux VTC incendiés à Paris et des altercations avec les chauffeurs. UberPop a depuis été suspendue, mais la situation "s'est aggravée" du fait de la multiplication d'acteurs, selon Nordine Dahmane. Il a dit craindre une mobilisation plus "agitée" que celle de juin. Les chauffeurs de VTC ont eux-mêmes manifesté le 18 décembre, pour protester contre les baisses de tarifs décidées par plusieurs plateformes de réservation dont Uber.

C. B avec AFP