BFM Business

Pierre Mongin (RATP): "tous nos bénéfices sont réinvestis"

Pierre Mongin était l'invité de BFM Business, ce lundi 2 septembre

Pierre Mongin était l'invité de BFM Business, ce lundi 2 septembre - -

Le PDG de la RATP était, ce lundi 2 septembre, l'invité de BFM Business. Il est revenu sur les bons résultats semestriels de son entreprise, et a indiqué que les bénéfices enregistrés serviront à financer de futurs investissements.

La RATP semble changer de visage. L'entreprise publique a publié de bons résultats semestriels, ce lundi 2 septembre, avec un bénéfice en hausse de 27,5%, par rapport aux six premiers mois de 2012.

Elle s'internationalise, gérant notamment une ligne de métro à Séoul (Corée du Sud). Et le chiffre d'affaires hors Île-de-France de l'entreprise compte désormais pour 17% du total. "En 2006 cette part était de 0", a indiqué son PDG Pierre Mongin, interviewé ce même lundi par BFM Business.

Est-ce à dire que la RATP devient une entreprise "normale"? Son patron répond par la négative. La RATP n'est "certainement pas une entreprise comme une autre. Elle est une entreprise de service public, avec une vocation essentiellement régionale en Île-de-France. Elle ne peut pas se dissoudre dans cette profession du transport où elle occupe une place à part en France, comme à l'International", a-t-il affirmé. Sur ce dernier point, il a précisé que la RATP est "la cinquième entreprise du monde dans le secteur du transport urbain".

Le trafic de la RATP, "un indicateur avancé de la croissance"

Revenant plus en détail sur les résultats du groupe, il a indiqué que son entreprise va réaliser 1,6 milliard d'euros d'investissements sur l'ensemble de l'année, dont 1 milliard d'euros au second semestre. "Tous nos bénéfices sont réinvestis pour moderniser et améliorer la qualité du service", précise au passage Pierre Mongin.

Pierre Mongin a également souligné que l'activité de la RATP constitue un "indicateur avancé de la croissance française". "Nous voyons dans les chiffres de la RATP une partie des chiffres de l'activité économique de la France", a-t-il insisté. Or le trafic de la RATP, sur les six premiers mois, est en légère hausse (+0,5% en volume). "Quand on a dit qu'il y avait un retour à la croissance, c'est vrai chez nous", conclut-il.

Pas "d'objectifs chiffrés" en Chine

Concernant l'international, Pierre Mongin a précisé que le groupe est présent, aux Etats-Unis, où il gère le tramway de Washington, en Afrique du Nord, au Royaume-Uni, en Italie et aussi en Chine. Dans ce dernier pays, il a rappelé que "nous sommes en train d'exploiter le premier tramway chinois qui a été confié par les autorités à une entreprise étrangère".

Il a toutefois indiqué ne pas avoir "d'objectifs chiffrés". "Nous n'allons à l'international quand il y a des opportunités et que celles-ci nous paraissent suffisamment sures pour pouvoir investir dans des projets".

Le titre de l'encadré ici

|||

Vers une hausse des amendes contre la fraude?

Lors de la conférence de presse de présentation des résultats du groupe, Pierre Mongin a annoncé qu'il va demander au ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, de revoir à la hausse les sanctions frappant les fraudeurs.

Le PDG de la RATP a dit souhaiter "une hausse du montant des amendes, en particulier pour les réitérants", car il n'y a, selon lui, "pas de justification économique à la fraude". Il a à ce titre rappelé que 800.000 voyageurs bénéficient d'une exonération totale ou partielle en raison de leurs revenus modestes. La fraude coûte chaque année 100 millions d'euros à la RATP.

Julien Marion