BFM Business

Périphérique de Lyon: où en est le projet de l’Anneau des Sciences?

Dans les cartons depuis plusieurs années, l’autoroute souterraine qui doit permettre de boucler le périphérique lyonnais pourrait être un enjeu majeur de la prochaine élection métropolitaine.

C’est un serpent de mer qui agite habitants et élus depuis plusieurs années. Le projet de l’Anneau des Sciences est toujours en suspens alors qu’approchent les prochaines élections métropolitaines et municipales. Cette autoroute souterraine doit permettre en théorie de boucler le périphérique lyonnais en reliant la porte du Valvert jusqu’à Saint-Fons, dans l’ouest de Lyon.

BFMTV12902345.PNG
BFMTV12902345.PNG © -

Des maisons achetées par la Métropole

Mais le projet est encore loin de voir le jour.

"Il est au stade des études préalables, donc il est très loin d’être en phase d’enquête publique pour une déclaration d’utilité publique. Ça veut dire qu’il est très très peu avancé", rappelle Jean Murard, président de l'association "Déplacements citoyens", opposée à ce projet.

Pour l'instant, l'enquête publique est prévue pour 2021, selon le site de la Métropole. Et en attendant, des études sont menées pour connaître avec précision la composition des sols. Des forages ont lieu sur le tracé de la future route. 

Cela n'empêche pas la collectivité de commencer d’ores et déjà à préparer le terrain. Des maisons qui se trouvent sur le potentiel tracé de cette future route ont été rachetées par la collectivité. Christophe, habitant de Tassin-la-Demi-Lune, a ainsi eu la surprise de voir la Métropole exercer son droit de préemption au moment de la vente de sa maison l'été dernier.

"On s’est trouvé à pas dormir serein car on n’était pas sûr que le prix soit le même", explique-t-il au micro de BFM Lyon. "Notre maison, c’est quand même là où nos enfants sont nés, on y était sacrément attaché. On avait des acheteurs avec qui on s’entendait très bien et on se disait que c’est une belle continuité", ajoute-t-il.

De nouvelles études

Si l’Anneau des Sciences est construit un jour, sa maison sera détruite, tout comme celle de ses voisins, propriétaires depuis un an.

Néanmoins, malgré ces actes, la Métropole temporise. "J’ai demandé un certain nombre d’études pour faire ré-actualiser nos connaissances", indique David Kimelfeld, président de la Métropole. Selon lui, elles doivent permettre de lever les doutes sur le financement de l’infrastructure mais aussi sur l’impact sur l’environnement. Insuffisant pour rassurer les opposants à ce projet.

L’anneau des sciences "impactera lourdement des populations parce qu’il se compose de tunnels successifs avec des entrées et des sorties. Il faudra bien créer des voies d’accès et sorties à chaque échangeur de cette autoroute", prévient Jean Murard.

"Les gens n’attendant pas des autoroutes supplémentaires en pleine agglomération mais une qualité de vie qui passe notamment par des transports en commun plus efficaces qu’ils ne le sont aujourd’hui", estime le président de l’association qui préférerait voir un métro construit dans l’ouest lyonnais.

Jérôme Jarny avec Benjamin Rieth