BFM Business

« Marre d'entendre les annonces SNCF dans notre maison ! »

« C'est difficile de retenir le bruit à l'intérieur de la gare, qui est un site ouvert », se défend la branche de la SNCF qui s'occupe de la gestion des gares...

« C'est difficile de retenir le bruit à l'intérieur de la gare, qui est un site ouvert », se défend la branche de la SNCF qui s'occupe de la gestion des gares... - -

En juin dernier, la SNCF a augmenté le niveau sonore de ses annonces à la gare St-Jean à Bordeaux, pour qu'elles soient bien audibles par les voyageurs. Résultat, depuis, les habitants des alentours n'en peuvent plus de « vivre au rythme des arrivées et départs de trains »...

On ne s'entend plus aux abords de la gare Saint-Jean à Bordeaux. Il y a 4 mois, la SNCF a augmenté le son car les annonces diffusées n'étaient pas assez audibles pour les voyageurs. Mais depuis, les messages des haut-parleurs dépassent largement l'enceinte de la gare. De chez eux, les riverains entendent les annonces comme s'ils étaient sur les quais.

« On vit l'arrivée et le départ de tous les trains ! »

Maryse Cheverou, qui habite à 200 mètres de la gare, n'en peut plus : « On entend pratiquement toutes les informations de la gare. A l’intérieur des maisons – malgré notre insonorisation – et plus particulièrement dans les jardins, on entend toujours le ding-dong et tous les appels : horaires des trains, conseils aux voyageurs… On vit carrément l’arrivée et le départ de tous les trains ! ».
Les jingles SNCF vont même au-delà de 300 mètres à la ronde, les jours de pluie ou lorsque qu'il y a du vent !

« On n'a aucun retour de la SNCF »

Les riverains ont contacté la SNCF à plusieurs reprises pour qu'elle baisse le son. Mais depuis 4 mois, rien n'a changé, comme l’explique Anne Sallenave, présidente de L'Atelier des Bains Douches, une association qui défend les intérêts des habitants de Belcier, un quartier près de la gare : « En juin, on nous a dit que la sono avait un problème de réglage et que ça allait être résorbé dans les jours suivants. Mais rien n’a diminué, le niveau est toujours aussi important et les jingles, incessants. Donc pour les gens qui sont proches de la gare, ça devient très agaçant. Et on n’a aucun retour de la SNCF, on a l’impression que les riverains ne sont pas pris en compte ».

« Les normes nous imposent le niveau sonore actuel »

Philippe Castey, directeur de Gare et Connexion – la branche de la SNCF qui s'occupe de la gestion des gares –, pour le sud-ouest, « comprend bien » l’agacement des riverains, mais explique : « C’est difficile de retenir le bruit à l’intérieur de la gare, qui est un site ouvert. Nous réfléchissons à travailler sur l’amplitude de la période de nuit, parce qu’on comprend bien que les riverains n’ont pas envie d’être dérangés tôt le matin ou tard le soir. Mais en journée, les normes nous imposent le niveau sonore actuel, qui doit passer au-dessus du bruit ambiant ».

La Rédaction, avec Eléna Le Runigo