BFM Business

Le train de nuit Paris-Nice redémarre ce soir avec Jean Castex à bord

Le gouvernement veut relancer les trains de nuit

Le gouvernement veut relancer les trains de nuit - Thello

La relance de la ligne prévue en avril avait été reportée pour cause de crise sanitaire. Pour ce nouveau départ, le train affiche complet.

Cette fois, c'est la bonne. Après un report en avril dernier pour cause de coronavirus, le le train de nuit entre Paris et Nice fait son grand retour ce jeudi avec un premier départ depuis la gare d'Austerlitz ce soir à 20h52. Arrivée prévue à 9h le lendemain.

Preuve de l'engouement des voyageurs, le train affiche complet (mais une couchette sur 3 a été neutralisée). Les billets sont proposés à partir de 19 euros en siège incliné, 29 euros en couchette de seconde classe et 39 euros en couchette de première.

Il embarquera également un hôte de marque en la personne de Jean Castex, le Premier ministre accompagné de Jean-Pierre Farandou, le PDG du groupe SNCF, et de Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs.

Leur présence illustre la volonté du gouvernement et de la SNCF de redynamiser les lignes ferroviaires de nuit après leur quasi-abandon il y a plusieurs années (2017 pour la liaison vers Nice). Actuellement, seulement deux lignes nocturnes intérieures sont exploitées: Paris -Toulouse - Rodez - Latour-de-Carol et Paris - Briançon.

Ce train doit "mettre en valeur un mode de transport vertueux qui participe au désenclavement des territoires. Nice est ultra connecté pour les CSP++ mais moins pour les étudiants et autres", a souligné l'entourage du Premier ministre à l'AFP.

Modernisation

Dans le cadre de la transition écologique et pour répondre à une demande forte de certains voyageurs (coût, empreinte carbone...), Emmanuel Macron avait promis de mettre l’accent sur les liaisons ferroviaires nocturnes. 100 millions d'euros sont affectés à cet objectif.

"Nous avons beaucoup d’ambition pour les trains de nuit en France", affirmait en 2020 le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, promettant "une politique de promotion et de redynamisation" de ce mode de transports.

Cette relance implique de moderniser les rames existantes, aujourd'hui vétustes, afin de proposer une offre attractive notamment en termes de confort. Cette modernisation a débuté dans le Technocentre SNCF de Périgueux en Dordogne qui emploie 500 personnes environ. Mais cette modernisation ne concerne pas encore les rames de la ligne vers Nice qui utilise des voitures traditionnelement affectées à la liaison vers Briançon actuellement fermée pour tavaux.

En février dernier, le secrétaire d'Etat à la Ruralité, Joël Giraud, s'est dit "rassuré" de l'avancement de la rénovation des trains de nuit par la SNCF, convaincu que la promesse d'Emmanuel Macron de disposer de quatre lignes d'ici à la fin du quinquennat "serait tenue".

A plus long terme, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a récemment évoqué "une dizaine de trains de nuit en 2030". Un rapport sur la question doit être transmis en mars au Parlement.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business