BFM Business

Le service UberPop suspendu en France sans date de reprise

-

- - AFP

Uber a annoncé ce vendredi la suspension de l'application controversée, à partir de ce vendredi 3 juillet à 20 heures. Manuel Valls, de son côté, s'est félicité de cette décision.

Les multiples obstacles rencontrés sur sa route auront finalement eu raison de l'application controversée. Uber a en effet annoncé ce jeudi son intention de suspendre son service UberPop en France, dans un entretien au Monde.

"Nous avons décidé de suspendre UberPop en France, dès 20 heures ce vendredi soir", indique ainsi Thibaud Simphal, directeur général d’Uber France, au quotidien. D'une part, pour "protéger" les chauffeurs après l'aggravation des tensions avec les taxis, mais aussi pour se "situer dans un esprit d’apaisement, de dialogue avec les pouvoirs publics", selon le dirigeant.

"Le facteur principal ici n’est pas la contrainte"

Celui-ci assure cependant que les mises en garde et les possibles sanctions sont étrangères à sa décision. "Le facteur principal ici n’est pas la contrainte mais la violence", affirme-t-il ainsi, malgré son renvoi, ainsi qu'un autre dirigeant d'Uber, en correctionnelle. "Tout ce bruit a plutôt fait de la publicité pour la plateforme".

Ce qui n'est visiblement pas l'avis de Manuel Valls, qui s'est félicité de cette annonce et pour qui "la fermeté" du gouvernement "a payé". "C'est une profession qui a besoin de règles, ce n'est pas la loi de la jungle", a-t-il dit à la presse à Besançon, en marge d'un comité interministériel sur la jeunesse. "Notre société a besoin d'autorité et de règles", a-t-il ajouté.

"Sur le fond, nous nous en remettons à la décision du Conseil constitutionnel attendue en septembre sur l’article de la loi Thévenoud" concernant UberPop, poursuit-il. Tout en taclant cette dernière: Cette loi a marqué un coup d’arrêt au développement de ce nouveau secteur économique", regrette-t-il.

Uber veut apporter de l'aide à ses chauffeurs

Selon Thibaud Simphal, près de 10.000 conducteurs occasionnels sont inscrits en France sur la plateforme uberPop, pour quelque 400.000 passagers. Interrogé sur leur avenir, le responsable assure qu'Uber va les "aider". "UberPOP leur offrait une opportunité réelle d'arrondir leurs fins de mois, alors que le pays en manque cruellement", regrette-t-il. "Notre priorité est maintenant de trouver un moyen de remettre ces milliers de conducteurs sur la route. (...) On va les aider dans la course d'obstacles pour devenir VTC (véhicule de transport avec chauffeur)".

Dans le même temps, les usagers d'uberPop ont donc reçu un courriel ce vendredi, les prévenant que "l’option uberPOP ne sera plus visible dans votre application Uber". Et un message en forme d'adieu: "un grand merci à vous, et aux 500.000 Français qui ont ouvert l’application pour commander un uberPOP pour rentrer à la maison, faire un bout de chemin en ville, ou sortir entre amis".

Y.D.