BFM Business

Le français Safran crée une coentreprise avec l'américain Boeing

Boeing et Safran s'allient

Boeing et Safran s'allient - STEPHEN BRASHEAR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les deux groupes vont nouer un "partenariat stratégique" pour développer des moteurs auxiliaires qui fournissent l'énergie des avions au sol.

Boeing et Safran vont créer une co-entreprise détenue à parité pour développer et produire des moteurs auxiliaires qui fournissent l'énergie des avions au sol, une alliance sur fond de consolidation du marché aéronautique, ont-ils annoncé ce lundi.

Les deux groupes vont nouer un "partenariat stratégique" pour "concevoir, construire et entretenir conjointement" ces moteurs appelés groupes auxiliaires de puissance (APU), selon leur communiqué commun. L'opération doit être bouclée au deuxième semestre 2018.

"Ce partenariat stratégique, qui s'appuiera à la fois sur la connaissance approfondie de Boeing en matière d'avions et d'attente des clients et sur l'expérience de Safran dans la conception et la production de systèmes complexes de propulsion, apportera à nos clients des services enrichis et innovants", a déclaré Stan Deal, PDG de Boeing Services Globaux, la division dédiée aux services de l'avionneur américain.

Nouvelle étape

Cette co-entreprise "marquera une nouvelle étape du long et fructueux partenariat entre Boeing et Safran", a de son côté affirmé Philippe Petitcolin, directeur général de Safran. "Ensemble, nous avons la volonté d'apporter à nos clients de nouveaux APU à la pointe de la technologie et une qualité de services de classe mondiale."

Les APU sont des générateurs embarqués destinés à démarrer les moteurs principaux des avions et à fournir de l'électricité pour l'électronique de bord, l'éclairage et l'air conditionné lorsque l'appareil est au sol. L'opération va permettre à Safran de croître sur ce segment de marché, dont il détient 4 à 5% dans le monde, avec la perspective de se faire une place au sein des programmes du géant de l'aéronautique.

Côté Boeing, elle entre dans la stratégie de ré-internalisation de certaines activités de production afin de récupérer une plus grande part de la valeur de ses avions et de positionnement sur les services lancée par le géant de Seattle.

P.L avec AFP