BFM Business

La SNCF veut récompenser les franciliens qui prennent les transports en dehors des heures de pointe

Une grande majorité de salariés est prête à décaler ses horaires pour éviter les heures de pointe.

Une grande majorité de salariés est prête à décaler ses horaires pour éviter les heures de pointe. - Bertrand Guay - AFP

Des employés du quartier d'affaires de la Plaine-Saint Denis vont mener une expérience initiée par la SNCF. Pendant deux semaines, ils devront cumuler des points en évitant les heures de pointe dans les transports et, ainsi, tenter de gagner des cadeaux.

C'est une expérience ludique pour tenter de lutter contre la saturation du trafic aux heures de pointe. A partir de ce mardi 17 novembre, des employés des différentes entreprises situées dans le quartier d'affaires de la Plaine-Saint Denis, en Seine-Saint Denis, vont mener une expérience initiée par la SNCF, rapporte le Parisien.

Il s'agit concrètement de décaler leurs horaires de travail pour participer à un "challenge décalé". Après s'être préalablement inscrits sur un site, ils devront éviter les deux lignes de RER (la D et et la B) aux heures de pointe en arrivant au travail avant 8h15 ou après 9h15.

"Ça peut marcher"

A chaque fois que ce contrat est rempli, ils obtiennent des points qui à la fin de l'expérience (le 4 décembre prochain), leur permettra de gagner des récompenses (vélo électriques, tablettes numériques). A l'origine de ce challenge, la commission 3T (trajets, transport, temporalité) de la SNCF, crée il y a un an pour trouver des solutions pour désengorger les deux gares RER de la Plaine-Saint Denis, qui a vu de nombreuses entreprises s'implanter depuis les années 2000.

Cette commission a retenu cette initiative après s'être rendue compte que, selon une enquête Ipsos, 70% des quelque 3.358 salariés de la Plaine-Saint-Denis arrivent entre 8h et 9h30 alors que 72% d'entre eux sont prêts à décaler leur horaire d'au moins 15 minutes.

L'idée peut-elle être couronnée de succès? "Ça peut marcher. Beaucoup de salariés peuvent adapter leurs horaires. Cela peut bouleverser leurs habitudes, c'est complexe et cela prendra du temps, mais cela peut être très intéressant en termes de résultats", répond en tout cas Christine Martin, directrice des affaires sociales d'Orange Business Service et présidente de la commission 3T, citée par le Parisien.

J.M.