BFM Business

La SNCF va tester un train "sans conducteur" piloté à distance

Une géolocalisation précise et fiable par satellites permettra à la SNCF de gérer  la signalisation ferroviaire depuis un centre de contrôle à distance.

Une géolocalisation précise et fiable par satellites permettra à la SNCF de gérer la signalisation ferroviaire depuis un centre de contrôle à distance. - Medhi Fedouach-AFP

Une rame-test bardée de capteurs et de caméras circule sur la ligne Toulouse-Rodez. Elle préfigure le prototype de train sans conducteur, télécommandé depuis un centre de régulation que la SNCF expérimentera dès 2019. Avant un usage élargi en 2025.

Si le métro automatique est une réalité depuis des années pour la RATP, la circulation de trains sans conducteur en milieu ouvert en est encore au stade expérimental pour la SNCF. L'entreprise publique réalise des tests sur la voie ferrée Toulouse-Rodez préparant le terrain à de futurs trains autonomes téléguidés depuis le sol mais pour lesquels un rôle central sera dévolu aux technologies de géolocalisation par satellite.

Ce projet, intitulé TC Rail a été officiellement lancé en octobre 2017. Il en porte en lui la perspective d'une exploitation et d'une conduite plus automatisée des trains, à même d’accroître les performances et la régularité du système ferroviaire français.

La SNCF coopère étroitement avec le CNES

C'est grâce à la coopération du CNES (centre national d'études spatiales) que la SNCF travaille sur un prototype de train télécommandé. Sa mise en service opérationnelle n'est pour pas demain mais servira, d'ici à 2025, pour ramener des TGV à leur dépôt ou diriger un TER coincé à quai faute de conducteurs vers une voie de garage, révèle Le Parisien. Ces tests sont menés avec une rame laboratoire circulant avec une locomotive bardée de capteurs et de radars laser.

Le CNES (basé à Toulouse) apporte à la SNCF sa compétence dans les satellites car le transporteur a besoin d'une géolocalisation précise et fiable que lui fournit les constellations de satellites pour gérer au sol la signalisation ferroviaire depuis un centre de régulation à distance.

L'usage du satellite révolutionne la signalisation ferroviaire

Quand un TGV autonome se garera à son dépôt, il aura besoin d’informations sur son positionnement à quelques décimètres près, précision que la géolocalisation basée sur la constellation satellitaire Galileo sera capable de fournir. Dans tous les cas, la SNCF assure qu'un conducteur restera à bord pour intervenir en cas de besoin.

Avec cette transposition dans le monde ferroviaire des technologies qu'utilisent déjà les avions, c'est tout l'avenir de la signalisation des trains, assurée par des équipements sécuritaires installés aux bords des voies, qui est également posé. L'utilisation du satellite pourrait entraîner à terme la suppression des installations fixes le long des voies et des liaisons filaires ce qui entraînerait de facto une baisse des coûts d’exploitation de la SNCF.

Frédéric Bergé