BFM Business

La SNCF s'équipe en terminaux "made in America"

Les contrôleurs SNCF seront désormais équipés de "personal digital assistant" fabriqués et gérés par VeriFone.

Les contrôleurs SNCF seront désormais équipés de "personal digital assistant" fabriqués et gérés par VeriFone. - -

La compagnie ferroviaire française a choisi l'Américain VeriFone pour gérer les 12.000 nouveaux terminaux de paiement pour ses contrôleurs à bord des trains.

La SNCF a fait le choix du "Made in America" pour la gestion des paiements à bord de ses trains. La société américaine VeriFone, cotée sur le NYSE, était en compétition avec le poids lourd français du secteur Ingenico.

Verifon a annoncé, mercredi 7 août, avoir décrocher le contrat pour la gestion de la totalité des opérations de paiement par carte dans tous les trains du réseau SNCF. Les boîtiers en eux-même seront fabriqués par Motorola.

La SNCF déploie actuellement plus de 12.000 nouveaux terminaux à bord de ses trains. Ces PDA -pour Personal digital assistant- multifonctions apportent à l'agent SNCF toutes sortes d'informations utiles au voyageur: horaires, places disponibles dans les wagons ou encore les conditions de trafic.

Mais ils permettent aussi de payer par carte bancaire un billet de train....ou une amende en cas d'absence de titre de transport.

Carrefour et Décathlon déjà client de VeriFone

VeriFone fournit le logiciel de paiement du terminal et assure la gestion de la totalité des flux monétiques à bord des trains. En clair, toutes les transactions par carte bancaire sont remontées et traités par VeriFone. Chaque année, on en dénombre plus de 1,65 million.

L'américain VeriFone n'est pas connu du grand public français, mais ses solutions de paiement sont partout, des Galeries LaFayette à Carrefour, en passant par Décathlon ou encore Monoprix.

Aucune information n'a filtré sur le montant du contrat. Le directeur général France de VeriFone, joint par BFMBusiness, confirme simplement "un contrat important" et un projet de belle ampleur. Pour le moment, le choix d'un Américain plutôt que du Français en lice n'a pas déclenché de polémique du côté des politiques.

Jean-Baptiste Huet