BFM Business

La grève chez Lufthansa s'étend

BFM Business

Le mouvement de grève des stewards et hôtesses de Lufthansa a gagné en puissance.

La grève s'accentue chez Lufthansa. Une mobilisation du personnel de bord de la compagnie aérienne allemande a affecté ce mardi 4 septembre les aéroports de Francfort, Berlin et Munich.

En début d'après-midi, la compagnie avait supprimé quelque 300 vols, soit plus de 15% des liaisons prévues dans la journée. Sa filiale autrichienne, Austrian Airlines, qui n'est pas affectée par la grève -son personnel étant employé sous des contrats différents -, a dit faire voler des avions de plus grande capacité vers l'Allemagne afin d'aider sa maison-mère.

L'organisation syndicale UFO, qui devrait passer à la vitesse supérieure en appelant à un mouvement national, demande 5% d'augmentation et l'engagement que Lufthansa n'aura pas recours à l'externalisation ou au travail temporaire. Lufthansa, qui explique de son côté devoir réduire ses coûts face à la hausse des prix des carburants et à la concurrence croissante des compagnies "low cost" ou du Moyen-Orient, a déclaré qu'elle n'améliorerait pas son offre d'augmentation de 3,5% en échange d'heures supplémentaires déjà proposée.

Cette grève pourrait coûter de cinq à dix millions d'euros par jour à la compagnie, selon des analystes. Pour Jochen Rothenbacher, l'un d'entre eux, ce chiffre pourrait monter à 50 millions en cas de grève totale, soit la suppression de tous les vols en Allemagne pendant toute une journée.

Vendredi dernier, une grève de huit heures observée à Francfort, troisième aéroport d'Europe, avait contraint la compagnie à annuler près de 200 vols, bloquant 26 000 passagers.

BFMbusiness.com et Reuters