BFM Business

La CGT-Cheminots table sur une suspension de la grève à la SNCF

Le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Didier Le Reste, estime que la grève à la SNCF est en voie de suspension. Lundi, après un nouveau chassé-croisé des vacances de printemps, la SNCF prévoit de légères perturbations du trafic ferroviaire, au 13e jo

Le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Didier Le Reste, estime que la grève à la SNCF est en voie de suspension. Lundi, après un nouveau chassé-croisé des vacances de printemps, la SNCF prévoit de légères perturbations du trafic ferroviaire, au 13e jo - -

PARIS - La grève à la SNCF est en voie de suspension, estime le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Didier Le Reste. Comme dans le reste de...

PARIS (Reuters) - La grève à la SNCF est en voie de suspension, estime le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Didier Le Reste.

Comme dans le reste de l'Europe du Nord, le trafic aérien est quasiment paralysé depuis jeudi en France en raison d'un nuage de cendres volcaniques venu d'Islande.

Lundi, après un nouveau chassé-croisé des vacances de printemps, la SNCF prévoit de légères perturbations du trafic ferroviaire, au 13e jour de grève d'une partie du personnel à l'appel de la CGT et de Sud-Rail.

Pour Didier Le Reste, "on va vers une suspension de la grève, pour la CGT en tous cas".

"Je pense qu'aujourd'hui les cheminots vont décider dans un certain nombre d'endroits de suspendre leur action. Nous sommes sur cette trajectoire à condition que l'entreprise joue le jeu", a-t-il ajouté sur RMC.

Malgré son faible impact sur le trafic, le mouvement lancé par les syndicats CGT-Cheminots et Sud-Rail est le plus long conflit social depuis la réforme des régimes spéciaux de retraite en 2007.

Les discussions entamées au niveau des régions entre la direction et les grévistes, qui réclament des mesures pour l'emploi, les salaires et le fret, laissaient dès la fin de semaine dernière entrevoir une porte de sortie au conflit.

Pour le directeur des ressources humaines de la SNCF, le retour à la normale est envisageable à partir de mercredi.

Selon le directeur général délégué de la SNCF, Pierre Blayau, la grève coûtera au moins 30 millions d'euros à l'activité fret.

"Un tel mouvement provoque environ 15 millions de pertes chaque semaine. On peut donc estimer que cette grève aura des conséquences dramatiques et entraînera au moins 30 millions de pertes pour Fret SNCF", estime-t-il dans un entretien publié lundi par Les Echos.

Laure Bretton