BFM Business

L’Italie devient le premier acheteur européen de voitures diesel

L'italie s'est imposée en février comme le premier marché des ventes de véhicules particuliers neufs diesel.

L'italie s'est imposée en février comme le premier marché des ventes de véhicules particuliers neufs diesel. - Fiat

Avec la baisse des ventes en France et en Allemagne notamment, l’Italie est devenu en février le premier marché d’achat pour les véhicules particuliers neufs avec une motorisation diesel.

Le diesel poursuit sa chute en Europe. Les ventes de véhicules neufs équipées de cette motorisation ont encore baissé de 13% en février (par rapport au même mois l’an dernier), à 450.294 unités, d’après le cabinet Jato Dynamics. Un phénomène qu’on retrouve logiquement sur les principaux marchés nationaux du continent.

L'Italie, seul pays à dépasser les 100.000 ventes en février

En Allemagne, les ventes de diesel ont ainsi diminué de 19% à 85.386 unités. En France, la baisse s’établissait le mois dernier à 10%, à 69.465 unités. En conséquence: c’est l’Italie, où ce recul est resté limité à 1% en février, qui s’impose désormais comme le premier marché européen en volume pour les ventes de véhicules diesel particulier, avec 102.361.

A noter que ce phénomène s’explique aussi par un certain dynamisme du marché italien. D’après les chiffres de l’association des constructeurs européens (ACEA), l’Italie s’impose depuis le début de l’année comme le deuxième marché automobile européen avec 356.384 véhicules particuliers neufs vendus en janvier et février (toutes motorisations confondues), contre 325.739 en France, troisième. L’Allemagne reste un solide leader avec 531.178 véhicules vendus sur ces deux premiers mois de l’année. Sur l’ensemble de 2017, l’Italie était seulement le quatrième marché, derrière l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France.

Un prix de l'essence qui n'encourage pas la transition

Contrairement aux autres pays européens, la part des ventes de diesel est restée forte en Italie. Alors qu’entre 2011 et 2017, elle est par exemple passée de 72% des ventes à 47% en France, elle est restée stable en Italie, gagnant même un point sur la période, de 55% à 56%. Comme le rappelait le cabinet Jato Dynamics dans un billet sur la chute du diesel, le prix de carburant joue pour beaucoup : l’Italie s’impose ainsi comme le troisième pays européen où le prix de l’essence est le plus cher, derrière la Norvège et les Pays-Bas. Sauf que dans ces deux derniers pays, le changement de motorisation se porte davantage vers les véhicules hybrides et électriques.

Julien Bonnet