BFM Business

L'État et la RATP financent le coût du forfait Navigo à tarif unique

Grâce au forfait de transport Navigo à tarif unique, depuis le 1er septembre 2015, ceux qui traversent l'Ile-de-France économisent, sur un abonnement annuel, entre 157 et 434 euros.

Grâce au forfait de transport Navigo à tarif unique, depuis le 1er septembre 2015, ceux qui traversent l'Ile-de-France économisent, sur un abonnement annuel, entre 157 et 434 euros. - Eliot Blondet-AFP

L'Etat renonce à un contentieux fiscal avec la RATP qui dégagera ainsi du financement. La RATP prend aussi à sa charge une part du déficit 2016 du tarif unique à combler, trou que l'exécutif régional estimait à 300 millions d'euros.

La région Ile-de-France n'aura pas à combler le déficit du tarif unique à 70 euros du forfait Navigo qui permet aux voyageurs de banlieue de payer moins cher leur transport. Selon la nouvelle majorité de droite qui dirige la région, cette mesure laissait une "ardoise" de 300 millions d'euros à combler en 2016.

Le Premier ministre Manuel Valls s'est "félicité" samedi que le "dialogue" entre Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la Région, et les divers opérateurs des transports, "ait permis que cette mesure soit financée en 2016". "Je serai attentif à ce que cet équilibre soit préservé au-delà", a ajouté M. Valls.

Mme Pécresse a pour sa part affirmé que "Manuel Valls m'a fait des propositions qui permettent, grâce à l'aide de l'Etat, de boucler le financement de ce passe sans que cela ne coûte un euro à la Région Ile-de-France". L'argent peut ainsi aller "à la modernisation du réseau existant", a-t-elle dit.

Une ressource fiscale financera le forfait en 2017

La présidente de l'exécutif régional a indiqué que pour 2016, l'État avait accepté de renoncer à un contentieux fiscal avec la RATP qui dégagerait ainsi du financement, la RATP acceptant également de prendre à sa charge une part de l'enveloppe.

Pour 2017, "nous avons un engagement du Premier ministre de trouver un financement pérenne pour le pass à travers l'attribution d'une ressource fiscale dédiée", a-t-elle dit. Cette ressource fiscale pourrait être un transfert d'une part de CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises, ex-taxe professionnelle), à la Région IDF.

Mme Pécresse, en réaffirmant qu'elle n'augmenterait pas le pass, a également rappelé, pour dégager des économies, son plan de lutte contre la fraude et la suppression d'aides au transport pour les étrangers en situation irrégulière.