BFM Business

Grève à la SNCF après l'agression d'un contrôleur

Les contrôleurs SNCF d'Alsace se sont mis en grève jeudi après l'agression d'un de leurs collègues la veille dans un train régional. /Photo prise le 7 avril 2010/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

Les contrôleurs SNCF d'Alsace se sont mis en grève jeudi après l'agression d'un de leurs collègues la veille dans un train régional. /Photo prise le 7 avril 2010/REUTERS/Jean-Paul Pélissier - -

STRASBOURG - Les contrôleurs SNCF d'Alsace se sont mis en grève jeudi après l'agression d'un de leurs collègues la veille dans un train régional,...

STRASBOURG (Reuters) - Le trafic des trains régionaux restera très perturbé ce vendredi en Alsace en raison de la poursuite d'une grève des contrôleurs après l'agression d'un des leurs mercredi, apprend-on auprès de la SNCF.

Environ la moitié des trajets ont pu être assurés jeudi, a-t-on appris de même source.

Les syndicats invoquent un "droit de retrait" quand la direction régionale de l'entreprise publique parle d'une "cessation de travail".

"Je comprends la grande émotion qui a saisi les cheminots face à la violence de l'agression dont a été victime un de leurs collègues", a dit le directeur régional de la SNCF, Michel Loth, lors d'une conférence de presse.

"Mais ce n'est pas une raison pour arrêter tous les trains", a-t-il ajouté.

Un contrôleur âgé de 39 ans a été agressé à l'arme blanche mercredi vers 16 heures dans un train Bâle-Strasbourg, par un passager qui a surgi des toilettes peu avant l'entrée en gare de Mulhouse et lui a volé des effets personnels et professionnels.

L'agent, blessé au poignet et à l'avant-bras a été conduit à l'hôpital de Strasbourg dont il est sorti le soir même. L'agresseur a pu s'enfuir sans être interpellé.

Les syndicats, avec lesquels la direction régionale s'est réunie une grande partie de la journée, demandent la présence systématique de deux contrôleurs sur la ligne Strasbourg-Bâle, soit vingt postes supplémentaires.

"On considère que ce n'est pas une réponse", a indiqué Michel Loth pour qui la même agression aurait pu se produire si deux contrôleurs s'étaient trouvés dans le train sans être forcément dans le même wagon.

La surveillance des trains, tant policière que par les agents de la SNCF, a été renforcée et la direction a proposé la mise en place d'un moniteur chargé de former les contrôleurs dans le domaine de la sûreté.

Les discussions doivent reprendre vendredi.

La SNCF a enregistré dix à treize agressions par an, physiques ou verbales, contre des contrôleurs au cours des trois dernières années dans la région Alsace, mais déjà huit depuis le début de l'année.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse