BFM Business

Etihad affiche des pertes colossales

Etihad Airways affiche près de 2 milliards de dollars de pertes en 2016.

Etihad Airways affiche près de 2 milliards de dollars de pertes en 2016. - Frederic J. Brown - AFP

La compagnie émiratie a annoncé avoir perdu 1,87 milliard de dollars en 2016, soit 22% de son chiffre d'affaires.

L'éviction brutale en janvier de James Hogan son PDG prend désormais tout son sens. Etihad Airways a levé le voile ce jeudi sur l'ampleur de ses déboires financiers. En 2016, les pertes de la compagnie d'Abu Dhabi ont atteint 1,87 milliard de dollars pour 8,36 milliards de chiffre d'affaires. Cette perte -la première depuis cinq ans- tient pour partie au renouvellement de sa flotte avec "la suppression anticipée de certains types d'appareils" mais aussi de ses prises de participation dans Alitalia et Air Berlin, qui, à elle seule, explique 43% de la perte colossale affichée cette année.

De vieux contrats de carburant ont également pesé de "manière négative" sur ces mauvais résultats, indique le communiqué, en ajoutant que leur impact va s'atténuer cette année. "Ces facteurs ont atteint un point culminant qui a contribué à ce résultat décevant", a souligné dans le communiqué Mohamed al-Mazrouei, le président du Conseil d'administration du groupe Etihad Airways.

Alitalia plombe les comptes d'Etihad

Lancée en 2003, Etihad s'est développée rapidement, avec ses soeurs du Golfe (Emirates, Qatar Airways) et a multiplié les prises de participation dans d'autres compagnies. Etihad détient ainsi 49% d'Alitalia, 29% d'Air Berlin, 40% d'Air Seychelles, 19,9% de Virgin Australia et 24% de Jet Airways (Inde). Elle a également une participation dans Air Serbia. Alitalia, qui accumule les pertes depuis des années, a été placée sous tutelle le 2 mai, à la demande de ses actionnaires, à la suite du rejet par le personnel d'un plan de restructuration prévoyant 1.700 suppressions d'emplois. Et plusieurs compagnies, dont Ryanair, sont sur les rangs pour sa reprise.

Même si Etihad n'a pas exclu formellement de lâcher Alitalia, Mohamed al-Mazrouei semble clairement se résoudre à revenir sur cette stratégie d'acquisition qui a plombé les comptes de la compagnie: "Le conseil d'administration et l'équipe de direction ont travaillé depuis l'année dernière pour résoudre les problèmes et relever les défis à travers un examen stratégique complet visant à améliorer les performances de l'ensemble du groupe, ce qui inclut une refonte complète de notre stratégie de partenariats capitalistiques avec des compagnies aériennes." explique-t-il dans un communiqué.

Y.D. avec AFP