BFM Business

En bradant ses billets, la SNCF espère poursuivre sa "dynamique positive"

Invité sur le plateau de Good Morning Business, Alexandre Viros, directeur général de e.Voyageurs SNCF, fait le point sur la situation des ventes pour l'été. Si les achats se font encore en dernière minute, il voit néanmoins des "signaux de relance" et met sur le marché des millions de billets à un prix attractif.

La SNCF fait grise mine mais espère bien retrouver le sourire cet été. "Je vois des signaux de relance" assure, sur le plateau de Good Morning Business, Alexandre Viros, directeur général de e.Voyageurs SNCF. "Il y a forcément un rythme de la reprise" mais "il y a quand même des signaux positifs, plutôt en dernière minute".

"Les gens sont beaucoup sur le mois de juin, un peu moins sur juillet, encore moins sur août (…) notamment "chez les jeunes", souligne-t-il. "Après les annonces gouvernementales, il y a mêmes des journées qui sont repassées en positif par rapport à l'année dernière" c'est-à-dire des "journées de ventes supérieurs à ce qu'on faisait".

Trois millions de billets longue distance

Pour accélérer cette reprise, la SNCF n'hésite pas à brader ses billets puisque trois millions de billets longue distance à moins de 40 euros ont été mis en vente. "C’est deux fois plus que l'année dernière" explique Alexandre Viros. "Les régions ne sont pas en reste. On lance une grande opération TER de France (…) pour injecter deux millions de billets à moins de 10 euros."

"Il y a de la générosité prix" mais aussi "de la facilité" avec la possibilité d'annuler ou de se faire rembourser ses billets jusqu'à la fin du moins d'août, poursuit le patron.

Reste la question des voyages d'affaires. "C'est sans doute ce qu'il y a de plus compliqué" reconnait Alexandre Viros. Avec la mise en place du télétravail, les réunions à distance sont devenues la norme. Mais "le contact physique d'une réunion (…) ça va revenir" assure-t-il.

Thomas Leroy