BFM Business

En Allemagne, les bus longue distance sont en plein essor

En Allemagne, les bus opèrent près de 221 liaisons.

En Allemagne, les bus opèrent près de 221 liaisons. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Plus économique que le train ou l'avion, plus reposant que la voiture, le bus longue distance connaît un essor fulgurant en Allemagne. Grâce à la libéralisation de ce marché en 2013, le nombre de liaisons a été multiplié par 3.

Alors que les prix des billets d'avion vont s'envoler cet été, les Allemands ont déjà une solution pour voyager économique avec les bus longue distance. Ce mode de locomotion est en plein boom.

Ces autocars aux couleurs criardes sont de plus en plus nombreux à sillonner régulièrement le pays grâce à l'ouverture à la concurrence des liaisons interrégionales en janvier 2013 pour encourager l'offre et rendre les tarifs plus accessibles.

Jusque-là, seule la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn et quelques sociétés de bus créées pour relier Berlin-Ouest à l'Allemagne de l'Ouest avant la Réunification y étaient autorisées.

Désormais, toute entreprise peut se lancer dans ce commerce pourvu que les liaisons assurées fassent au moins 50 kilomètres et que l'autocar roule au minimum une heure entre deux arrêts.

En une année, le nombre de liaisons a presque triplé pour atteindre 221, selon les chiffres du ministère des Transports.

Près de 15 nouveaux transporteurs

Christoph Gipp, expert du secteur au sein de l'institut IGES, estime entre 10 et 15 le nombre d'opérateurs supplémentaires apparus sur ce marché "très dynamique". "Certains petits acteurs ont disparu et certains ont fusionné avec de plus gros, explique-t-il, par exemple avec MeinFernbus".

Cette start-up berlinoise, fondée par deux camarades d'études, s'est hissée à la première place avec une part de marché de près de 40%, selon l'IGES.

"La demande est forte, nos bus affichent régulièrement complet", déclare à l'AFP Torben Greve, l'un de ses cofondateurs. L'an passé, sa société a transporté 2,7 millions de passagers.

C.C. avec AFP