BFM Business

Dieselgate: les clients européens peuvent réclamer des indemnisations à Volkswagen

Les clients européens de Volkswagen victimes du dieselgate vont pourvoir réclamer des dédommagements. (image d'illustration)

Les clients européens de Volkswagen victimes du dieselgate vont pourvoir réclamer des dédommagements. (image d'illustration) - Paul J. Richards - AFP

Les députés européens ont adopté mardi 4 avril les recommandations de la commission d'enquête sur le "scandale Volkswagen". Elle suggère aux clients européens concernés de réclamer des indemnisations.

Le groupe Volkswagen pourrait prochainement être contraint de dédommager ses clients européens victimes du scandale des "moteurs truqués". Réunis en séance plénière, les eurodéputés ont adopté les quatre recommandations formulées par la commission d'enquête créée au lendemain du "dieselgate". Pour rappel, ce scandale a éclaté en septembre 2015, lorsque les autorités environnementales américaines ont accusé le constructeur allemand d'avoir utilisé, dans ses voitures, un logiciel trompeur permettant de les faire passer pour moins polluantes qu'elles ne l'étaient vraiment. 

Dans ses prescriptions, cette commission d'enquête suggère à l'Union européenne de faciliter les démarches des automobilistes européens afin qu'ils puissent prétendre à une indemnisation de la part du constructeur. Jusqu'à présent, le groupe Volkswagen a toujours refusé de verser le moindre centime aux automobilistes européens dupés, alors qu'aux États-Unis le groupe automobile allemand a débloqué 10 milliards de dollars (9,4 milliards d'euros) pour dédommager ses clients.

Des cimetières de Volkswagen (presque) neuves 

Outre-Atlantique, plus de 100.000 véhicules (sur les 475.000 concernés par le dieselgate) ont déjà été rachetés à leurs propriétaires par le groupe Volkswagen. Conséquence directe, ils sont actuellement stockés sur de gigantesques et insolites parkings (base aérienne, stades ...) aux quatre coins des États-Unis, comme nous le montre la vidéo ci-dessous. 

Reste à savoir désormais ce que vont devenir ces dizaines de milliers de véhicules, dont l'immobilisation coûte cher à l'entreprise. Volkswagen les rapatriera-t-il en Europe? Seront-ils remis aux normes européennes pour être bradés en occasion? Ou finiront-ils tout simplement à la casse? Pour l'instant, le constructeur allemand ne se prononce pas sur le sort qu'il leur réserve. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV