BFM Business

Deux Airbus A380 revendus en pièces détachées car aucune compagnie ne veut les faire voler

Une société allemande propriétaire de deux Airbus A380 va les revendre en pièces détachées. Elle a échoué à les relouer à des compagnies aériennes, à l'expiration d'un contrat de 10 ans conclu avec Singapore Airlines.

Deux A380 vont être "désossés" pour alimenter le marché des pièces d'occasion plutôt que de transporter des passagers. Une société financière allemande, Dr Peters Group, propriétaire de ces deux géants des airs de 540 places a pris la décision de les revendre en pièces détachées. Sa décision intervient après que son client, la compagnie Singapore Airlines, les lui a restitués au terme du contrat de location de 10 ans, négocié à l'époque de l'entrée en service de l'A380, célébrée en grande pompe par Airbus.

Ayant cherché en vain à les louer à nouveau à plusieurs autres compagnies dont Iran Air et British Airways, elle a finalement renoncé ne trouvant pas de contrats répondants à toutes ses exigences.

La vente des pièces pourrait rapporter 45 millions de dollars

L'entreprise allemande travaillera avec le spécialiste VAS Aero Services pour écouler les pièces détachées des deux appareils. Ces ventes pourraient générer des revenus de 45 millions de dollars étalés sur 2 ans, selon le calcul effectué par VAS Aero Services. "Cette valorisation élevée découle des échéances de maintenance qui font croître la demande pour des pièces de remplacement chez beaucoup de compagnies qui utilisent en ce moment l'Airbus A380-800", ajoute le gestionnaire d'actifs allemand.

La décision de Dr Peters Group porte un nouveau coup dur aux efforts d'Airbus. Elle s'avère d'autant plus symbolique que Singapore Airlines avait fait le pari de l'A380 dès le départ et commencé à faire voler ses deux premiers A380 dès décembre 2007. La compagnie exploite encore une flotte conséquente, s'étant donnée, à la fin 2017, deux ans pour réaménager quatorze exemplaires des super Jumbo d’Airbus.

De son côté, Airbus, qui menaçait en janvier 2018, de stopper le programme de l'A380, a fini par décrocher d'Emirates, une commande de 36 très gros porteurs (20 commandes fermes et 16 en option).

Ayant cherché en vain à les louer à nouveau à plusieurs autres compagnies dont Iran Air et British Airways, la société financière, basée à Dortmund, a renoncé considérant que "les options alternatives négociées pour ces nouveaux contrats de location d'avions ne répondaient pas aux exigences de pour obtenir un résultat approprié. Même une vente d'avions, qui avait également été envisagée, ne répondait pas aux conditions exigées."

La vente des pièces pourrait rapporter 45 millions de dollars

La société financière allemande travaillera avec la société VAS Aero Services pour écouler les pièces détachées des deux A380, forte de son expérience de coopération dans ce domaine avec Boeing et Airbus. Ces ventes pourraient générer des revenus de 45 millions de dollars (38 millions d'euros), selon le calcul préliminaire effectué par VAS Aero Services.

La décision de Dr Peters Group porte un nouveau coup dur aux efforts d'Airbus pour relancer le programme A380. Elle s'avère d'autant plus symbolique que Singapore Airlines avait été la première compagnie à faire le pari de l'A380, faisant voler ses deux premiers A380 dès décembre 2007. La compagnie asiatique exploite encore une flotte conséquente, s'étant donnée, à la fin 2017, deux ans pour réaménager quatorze exemplaires des super Jumbo d’Airbus.

De son côté, Airbus, qui menaçait en janvier 2018, de stopper le programme de l'A380, a fini par décrocher de la part d'Emirates, son plus gros client pour l'A380, une commande de 36 très gros porteurs (20 commandes fermes et 16 en option).

Frédéric Bergé