BFM Business

Dassault va vendre moins de Rafale à la France

L'armée française va réduire ses commandes de Rafale entre 2014 et 2019.

L'armée française va réduire ses commandes de Rafale entre 2014 et 2019. - -

Le ministre de la Défense s’est dit confiant sur les possibilités d’exportation du Rafale. Une urgence alors que le projet de loi de programmation militaire prévoit une diminution des commandes de l’avion de chasse fabriqué par Dassault.

L’Inde, le Qatar et d’autres pays seraient intéressés par l’achat de Rafale, a affirmé Jean-Yves Le Drian, ce vendredi 2 août sur Europe 1. "Je suis très confiant sur les capacités d'exportation du Rafale dans les mois qui viennent", a-t-il poursuivi.

Le ministre de la Défense tente de rassurer sur l’avenir de l’avion de combat français, qui s’assombrit de plus en plus. Le Brésil préfèrerait finalement le F-18 de Boeing, l’Inde n’a toujours pas signé pour ses 126 appareils, et maintenant la France va freiner ses commandes.

26 commandes au lieu de 66 prévues

Le projet de loi de programmation militaire (LPM) pour 2014-2019, qui est présenté ce vendredi en Conseil des ministres, prévoit en effet l’achat par l’Etat de 26 appareils pour les six prochaines années, au lieu de 66.

Dassault Aviation avait en effet obtenu de livrer 11 Rafale par an à l’armée française afin de garantir une cadence minimale de sa chaîne de production à Mérignac.

Mi-juin, Jean-Yves Le Drian avait déjà prévenu Dassault qu’à partir de 2016, le constructeur devrait compter sur les exportations pour soutenir la production de son Rafale.

Le ministère est confiant sur un accord proche en Inde, et la loi a été préparée dans l’optique d’un autre contrat, que ce soit avec la Malaisie, le Qatar, ou les Emirats Arabes Unis.

Un milliard d'euros pour un nouveau modèle

En échange de cette baisse des commandes de Rafale, la Défense va investir "près de 700 millions d’euros" dans un programme de drone de combat fabriqué par Dassault, a rappelé Jean-Yves Le Drian, ce vendredi. "Plus d’un milliard d’euros" sera également débloqué pour "l’adaptation d’un nouveau modèle de Rafale", a-t-il expliqué.

Face au Rafale de Dassault, c’est surtout l’avion de transport militaire d’Airbus, l’A400M, qui sort vainqueur des dépenses prévues par le projet de loi. Sur la période 2014-2019, une cinquantaine d’A400M seront commandés et 15 devraient être livrés.

|||sondage|||1034

A.D. avec AFP