BFM Business

Dassault Aviation : les défis du nouveau patron

La vente de Rafale à l'INde est le dossier du siècle pour Dassault Aviation

La vente de Rafale à l'INde est le dossier du siècle pour Dassault Aviation - -

Charles Edelstenne va céder le siège de PDG du groupe à Eric Trappier, son directeur général international. Un choix de nature à favoriser la vente de Rafale en Inde.

C’est l’heure de la succession à la tête de Dassault Aviation. Charles Edelstenne, le PDG du groupe, est atteint par la limite d'âge. Son remplacement par Eric Trappier, le directeur général international du groupe, en charge jusque-là de vendre le Rafale à l'export, a été annoncé le 18 décembre.

Une succession qui intervient alors que Dassault Aviation est justement proche de la conclusion du dossier Rafale en Inde, le contrat du siècle pour le groupe. Ainsi, le changement de patron n'arrive pas au meilleur moment.

Vers une alliance avec un grand du secteur ?

La commande, si elle était signée, porterait sur 126 avions de chasse, pour plus de 10 milliards de dollars. La dernière ligne droite est longue. Selon les mots de Charles Edelstenne, les négociations avec l'Inde sont dures.

Le groupe a donc fait le choix de la prudence en nommant comme PDG un de ceux qui mènent ces négociations depuis le début. Eric Trappier a également déjà fait ses preuves avec la vente du Mirage 2000 aux Emirats Arabes Unis.

Autre dossier qui attend le nouveau patron : définir la future stratégie du groupe. Pour faire le poids dans la compétition mondiale, une alliance semble nécessaire.

Certains militent pour un regroupement avec Safran et Thalès, déjà partenaires de Dassault Aviation dans le Rafale. Mais après l'échec du rapprochement d'EADS avec l'Allemand BAE, on sait que dans ce secteur, les stratégies d'alliances sont un grand casse-tête, en ce qu'elles nécessitent l'approbation de l'Etat.

Dorothée Balsan