BFM Business

Conditions de travail des PNC: Air France soumet un nouveau projet d'accord

Le nouveau projet d'accord collectif est ouvert à la signature jusqu'au 11 juillet.

Le nouveau projet d'accord collectif est ouvert à la signature jusqu'au 11 juillet. - PASCAL PAVANI / AFP

Comme prévu, Air France a présenté un nouveau projet d'accord collectif fixant les conditions d'exercice, de carrière et de rémunération des hôtesses et stewards de la compagnie. L'accord est ouvert à la signature jusqu'au 11 juillet.

Nouveau chapitre dans le cadre des discussions entre Air France et les syndicats d'hôtesses et stewards. Après l'échec des négociations survenu il y a quatre mois, la direction de la compagnie a présenté un nouveau projet d'accord collectif, ouvert à la signature jusqu'au 11 juillet, d'après des sources syndicales. 

Faute d'accord jusqu'alors, l'actuel texte, qui arrivait à échéance en octobre 2016, a été prolongé à plusieurs reprises. Ce dernier fixe les conditions d'exercice, de carrière et de rémunération des plus de 13.000 personnels navigants commerciaux (PNC) d'Air France.

Des règles définies de manière unilatérale par la direction

Seul un syndicat, l'Unac, a signé le 15 mars le dernier projet d'accord collectif (2017-2021) issu des négociations. Cette signature ne suffisant pas à le rendre juridiquement contraignant, la direction a défini de manière unilatérale les règles applicables aux PNC pour les trois prochaines années, reprenant le texte retoqué dans ses grandes lignes.

"Cette situation n'est pas satisfaisante" car "le passage par une 'note de direction' est aussi une déception du point de vue du dialogue social", ont écrit deux dirigeants du groupe aérien le 28 juin dans un courrier aux syndicats, consulté par l'AFP.

Le "nouveau compromis" est proposé pour une durée de cinq ans (1er septembre 2017 - 31 octobre 2022), soit un an de plus que le précédent. Il porte en outre "de 400 à 500 l'objectif du nombre d'embauches PNC sur la période de l'accord", expliquent les auteurs de la lettre. Il comprend par ailleurs "quelques modifications" qui vont "dans le sens du PNC bien sûr", a indiqué dans un tract l'Unac, qui signera le texte.

La compagnie Boost également au coeur des discussions

La direction soumet par ailleurs une nouvelle fois aux syndicats un "accord de garanties" visant à limiter l'expansion de la nouvelle compagnie (projet "Boost") qu'elle entend créer à l'automne. Le texte prévoit que cette filiale d'Air France, qui fonctionnerait avec des PNC recrutés en externe à des salaires plus bas, limite sa flotte à 10 avions long-courrier et à 18 moyen-courrier. Il exclut également toute "mobilité contrainte" depuis Air France vers la nouvelle compagnie.

Les deux textes seront validés si, en plus de l'Unac, ils obtiennent la signature d'au moins un des deux autres syndicats représentatifs. Le SNPNC/FO et l'Unsa-PNC feront connaître leurs positions respectives après consultation de leurs adhérents, ont-ils indiqué à l'AFP. De son côté, la direction d'Air France n'a pas fait de commentaire.

P.L avec AFP