BFM Business

Compagnies aériennes: le nombre de passagers a encore plongé en février

Le trafic mondial calculé en kilomètres-passagers payants s'est effondré de 74,7% par rapport à février 2019.

Le trafic mondial calculé en kilomètres-passagers payants s'est effondré de 74,7% par rapport à février 2019. - Federico Gambarini / dpa / AFP

Les voyages internationaux ont été divisés par dix en février, par rapport aux niveaux observés avant la crise sanitaire, selon les derniers chiffres publiés par l'IATA.

Le transport aérien de passagers dans le monde a continué à baisser en février, tombant au quart des niveaux observés avant la pandémie, avec des voyages internationaux divisés par dix, a annoncé mercredi l'Iata.

Selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), le trafic mondial calculé en kilomètres-passagers payants s'est effondré de 74,7% par rapport à février 2019, l'année dernière n'étant pas représentative en raison des premiers effets de la crise mondiale du Covid-19.

Une nouvelle baisse du trafic par rapport à janvier

Il s'agit d'une nouvelle aggravation de la tendance après un mois de janvier 2021 à -72,2%, a précisé l'Iata, dont les 290 compagnies membres représentent 82% du trafic mondial. Pour toute l'année 2020, le repli avait atteint 66%. Victime des restrictions de déplacement, la fréquentation des liaisons internationales s'est contractée de 88,7% en février, contre -85,7% le mois précédent, et "il n'y a aucun signe de reprise dans les conditions actuelles", a constaté le nouveau directeur général de l'Iata, Willie Walsh.

La fréquentation des lignes intérieures est moins touchée par la désaffection des passagers, mais elle ne représentait en février que 51% du trafic de la même période deux ans plus tôt, là aussi une aggravation par rapport aux -47,8% de 2019.

"La situation du secteur du côté des passagers est de toute évidence très difficile", a constaté lors d'une visioconférence de presse Willie Walsh, ancien patron de la maison mère de British Airways qui vient de prendre le relais du français Alexandre de Juniac à l'Iata.

"Il faut rester optimiste pour la saison estivale"

Il s'agit de la crise la plus difficile à laquelle le secteur ait dû faire face, et je le dis d'expérience, après plus de 40 ans dans le secteur", a souligné Willie Walsh.

Les compagnies aériennes ont perdu 510 milliards de dollars de chiffre d'affaires l'année dernière et le trafic aérien ne devrait représenter cette année qu'entre 33% et 38% de ce qu'il était en 2019, avait prévenu l'Iata dès février.

Willie Walsh s'est néanmoins dit encouragé par les progrès des campagnes de vaccination et a estimé qu'il fallait "rester optimiste pour la saison estivale" en Europe. L'Iata a également noté que le trafic passagers avait enrayé son repli en Amérique du Nord, même s'il est encore resté inférieur de 56,1% à celui de février 2019, un phénomène de reprise attribué à "la chute des taux de contagion et l'accélération des vaccinations".

J. Br. avec AFP