BFM Business

  Cette PME francilienne roule pour l'Euro 2016

"Sélectionnée par l'UEFA, la société francilienne Chabé convoie chaque jour avec ses véhicules, les joueurs, arbitres et officiels. Le contrat exige le comportement sans faille de ses chauffeurs et une bonne dose d'organisation."

L'Euro 2016, qui a débuté vendredi 10 juin 2016, fait travailler une myriade d'entreprises françaises dont la société Chabé. A la suite d'un contrat signé avec l'UEFA, organisatrice de la compétition, cette PME familiale et francilienne transporte dans ses limousines ou ses minibus avec chauffeur jusqu'au 10 juillet 2016 (jour de la finale), les joueurs et le staff technique, médical ou sportif des 24 équipes. Lorsque les joueurs souhaitent effectuer des trajets individuels à des fins personnelles en dehors des matchs, ils voyagent dans les limousines de Chabé. Ses véhicules convoient aussi les arbitres, les officiels et autres VIP invités, pendant toute la durée de la compétition.

La PME ne prend, en revanche, pas en charge le transport des joueurs des 24 équipes lors de leurs trajets jusqu'au stade, les jours de match. Et pour cause. Ces parcours s'effectuent en car. Mais les véhicules de Chabé suivent en convoi le car de chaque équipe jusqu'au stade. 

Pour honorer le contrat qui lui a été confié, cette modeste PME (40 millions d'euros de chiffre d'affaires) a dû doubler ses effectifs. Plus de 300 chauffeurs ont été recrutés pour l'occasion. Leurs CDD s'interrompront à la fin de la compétition.

Les chauffeurs sont formés pour gérer des clients exigeants

"Notre entreprise effectue du transport de personnes en voiture avec chauffeur. Mais elle le fait pour une clientèle très exigeante lors d'événements d'envergure", explique Guillaume Conan, le directeur général de Chabé, sur l'antenne de BFMBusiness.

"Ce genre de contrat est compliqué. Le savoir-être des chauffeurs est essentiel. Nous travaillons depuis un an à la formation de nos propres chauffeurs et de ceux que nous avons recruté. Tout est borné par une bonne dose de planification, de formation, de logistique et d'accompagnement pour que chaque transport se déroule parfaitement" souligne le directeur général.

"Tous nos chauffeurs auront à gérer une forme d'intelligence émotionnelle. Il y aura des passagers avenants et d'autres plus distants. La grosse boulette consisterait par exemple pour un chauffeur à demander un selfie à un joueur renommé comme Cristiano Ronaldo" explique avec un brin d'humour Guillaume Conan.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco