BFM Business

Ce catamaran à moteur deviendra-t-il le TGV des mers?

Leur design inspiré du multicoque provoque une portance aérodynamique, qui permet aux bateaux d'A2V d'être rapides tout en ayant une faible consommation de carburant.

Leur design inspiré du multicoque provoque une portance aérodynamique, qui permet aux bateaux d'A2V d'être rapides tout en ayant une faible consommation de carburant. - Advanced Aerodynamics Vessels.

Filant sur l'eau jusqu'à 110 km/h en consommant moins de carburant qu'un bateau classique, les catamarans de la société rochelaise A2V pourraient changer le transport maritime de passagers. Deux exemplaires ont été vendus.

Après l'aéroglisseur, le transport maritime de passagers va-t-il voir arriver un vaisseau plus rapide mais moins vorace en carburant? Filant à la surface de l'eau jusqu'à 110 km/h, les catamarans à moteur thermique conçus à La Rochelle par Advanced Aerodynamic Vessels (A2V) pourraient révolutionner les modes existants de transport sur l'eau.

Prêts à aborder le marché après 4 ans de développement, les navires conçus par cette PME rochelaise (12 salariés) ont été "pensés comme un demi réacteur d'avion, ou une aile d'avion courbée vers l'eau", souligne à l'AFP Lionel Huetz, co-fondateur d'A2V.

Propulsés par des moteurs diesel, ces catamarans naviguent à des vitesses de 40 à 60 noeuds selon les modèles (de 75 à 110 km/h).

Une coque autant aérodynamique qu'hydrodynamique

Mais si leur motorisation (thermique) est classique, leur innovation réside dans une coque en composite, autant aérodynamique qu'hydrodynamique. Ayant nécessité à elle seule deux ans de développement, cette structure fait bénéficier ce navire rapide d'une plus faible empreinte carbone que les bateaux actuels.

Sa proue ouverte s'appuie sur l'air qui s'engouffre sous la structure pour prendre de la vitesse, la "portance" créée soulageant le bateau d'une partie de sa masse. Résultat: le bateau au design de multicoque peut aller plus vite tout en consommant moins de carburant.

"En comparaison avec un bateau de même motorisation, le nôtre va deux fois plus vite et consomme en moyenne deux fois moins", résume le chef d'entreprise qui avait présenté ses premiers prototypes en 2015.

Un bateau desservira les plateformes offshore au Gabon

"Nous, pour 60 passagers, nous proposons un bateau de 24 mètres qui consomme 10 litres par passager pour 100 km, et à 60 noeuds", assure le directeur général d'A2V, également ingénieur en architecture navale et docteur en hydrodynamique navale.

Par comparaison, une consommation par passager de 30 litres de carburant pour 100 km serait nécessaire pour un navire classique.

En termes de marché, la PME vise le transport d'équipes sur les plateformes pétrolières offshore et le convoyage de passagers sur le modèle de la navette ou du bateau taxi, effectué sur de courts trajets.

Un modèle a été conçu pour la surveillance côtière

La PME de La Rochelle a aussi développé un modèle transportant de 3 à 8 passagers pour la surveillance côtière par les forces de police ou douanières. Selon le type de navigation auquel ils se destinent (fleuve, lac ou en pleine mer), les catamarans présentent des carènes différentes.

Les deux premiers contrats remportés sont venus confirmer les intuitions de la société rochelaise. Un premier modèle de 15 mètres de long pour 25 passagers, équipé de deux moteurs de 600 CV, doit rejoindre dans quelques semaines le Gabon. Ce client est une entreprise française spécialisée dans la logistique de soutien aux champs pétroliers en mer et à terre.

Un catamaran en version 12 places sera prochainement livré à un armateur opérant sur le lac Léman pour un hôtel de luxe d'Évian (Haute-Savoie). Cet acheteur était à la recherche d'une alternative à l'hélicoptère pour transporter sa clientèle depuis l'aéroport ou le golf voisin.

F.Bergé avec AFP