BFM Business

L'impressionnante levée de fonds des "taxis volants" SeaBubble

Les SeaBubbles pourraient bien devenir un moyen de transport (presque) comme les autres.

Les SeaBubbles pourraient bien devenir un moyen de transport (presque) comme les autres. - Alain Thébault - AFP

Invité de BFM Business mardi, Alain Thébault, le fondateur de cette start-up aux produits futuristes, a annoncé qu'il avait convaincu un gros investisseur d'injecter 100 millions d'euros dans le développement de son entreprise.

Alors que les taxis volants de SeaBubble s’apprêtent à débarquer à Paris pour des phases de test, le concept semble d’ores et déjà avoir convaincu les investisseurs. C’est ce qu’a confirmé Alain Thébault, le fondateur de l’entreprise, sur BFM Business mardi.

"L’an dernier, on a levé 10 millions d’euros, et là on boucle une levée de fonds de 100 millions d’euros pour l’industrialisation avec un grand acteur français", a-t-il ainsi annoncé dans l’émission Tech&Co. Une opération qui devrait se terminer "dans une ou deux semaines", selon lui.

"On a créé cette start-up il y a un an, elle est stable, elle 'vole' parfaitement, donc on accélère", s’est félicité l’ancien navigateur, désormais entrepreneur.

Pour rappel, SeaBubble produit de petites navettes fluviales qui peuvent se déplacer à 50 km/h au-dessus de l'eau. Entièrement propulsées à l'électricité, ces capsules volantes se soulèvent à quelques centimètres de la surface grâce à de petites ailes immergées. Elles fonctionnent sur le même modèle que l'Hydroptère, également inventé par l’ancien navigateur Alain Thébault.

Ce dernier souhaite d'ailleurs faire de SeaBubble le nouveau mode de transport fluvial, d’où leur surnom de "taxis volants". Le projet a notamment séduit la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a souhaité que la capitale soit la première ville à les expérimenter.

Y.D.