BFM Business

Après avoir insulté Arnaud Montebourg, le président de Mitsubishi France démissionne

BFM Business

Jean-Claude Debard, président de Mitsubishi France, démissionne. "Il a démissionné pour des raisons personnelles. Cette décision prend effet immédiatement", a déclaré à Reuters une porte-parole de l'ancienne filiale du constructeur automobile japonais.

Pourtant, sa démission survient quelques jours après son insulte à Arnaud Montebourg. Mardi dans le journal la Provence, l'importateur de la marque Mitsubishi en France avait tenu des propos injurieux à l'égard du ministre du Redressement productif, qu'il accusait notamment de ne pas connaître ses dossiers et de ne rien comprendre à l'automobile.

Le comité des contructeurs automobiles (CCFA) avait lui-même condamné fermement ces déclarations où Jean-Claude Debard traitait notamment le ministre "d'abruti mental".

"Ces propos insultants ont stupéfait les acteurs de la filière automobile en France car ils viennent à rebours de la démarche adoptée par l'ensemble de la profession, à l'initiative du Ministre du Redressement Productif et portent atteinte à cet élan fédérateur dont la filière automobile a besoin", avait indiqué dès mercredi le CCFA.

Le lendemain, Mitsubishi Motors prenait à son tour la parole pour présenter ses excuses à Arnaud Montebourg "pour les conséquences que (les) propos ont pu avoir sur leur réputation et leur honneur."

"En tant qu'industriel, Mitsubishi Motors Corporation (MMC) n'exprime pas d'opinion politique, a fortiori dans le cadre de ses opérations internationales", a dit le groupe japonais dans un communiqué. "Cependant, MMC a été profondément choqué par les commentaires attribués au représentant de son importateur indépendant en France, tels que rapportés par la presse française."

Mitsubishi ajoutait avoir pris toutes les mesures avec la hiérarchie de Jean-Claude Debard pour "clarifier la situation et (...) protéger le nom Mitsubishi".

Le groupe japonais précisait que Jean-Claude Debard n'était pas un de ses employés. Mitsubishi a en effet vendu en 2011 sa filiale française au distributeur indépendant suisse Emil Frey Group, qui importe égalemnet dans l'Hexagone les marques Subaru ou Fisker.

BFMbusiness.com et Reuters