BFM Business

Toshiba annonce un programme de suppressions de postes

En janvier, Toshiba va ouvrir un plan de départs volontaires et de changements d'affectations.

En janvier, Toshiba va ouvrir un plan de départs volontaires et de changements d'affectations. - Yoshikazu Tsuno - AFP

Le groupe japonais Toshiba lance pour janvier un plan de départs volontaires et une réorganisation qui concernera 1.200 salariés. Mis à l'amende par le gendarme boursier japonais après un scandale financier, Toshiba pourrait engager d'autres restructurations.

Le conglomérat diversifié japonais Toshiba a annoncé lundi soir un programme d'incitation au départ et de changements d'affectations pour quelque 1.200 salariés, dans le cadre d'une restructuration d'activités de semi-conducteurs, en attendant d'autres possibles réorganisations. Pour l'heure, le groupe n'a pas précisé dans quels pays ces suppressions de postes seraient effectives.

Le groupe va ouvrir ce plan en janvier pour des départ effectifs en mars, et les frais relatifs seront imputés sur le quatrième trimestre de l'exercice en cours (avril 2015 à mars 2016), a-t-il précisé dans un communiqué. Toshiba a déjà conclu un accord de cession de lignes de production de semi-conducteurs à Sony, une opération qui s'accompagne du transfert de 1.100 salariés. Le plan de départs sollicités vient en sus. "Nous sommes en train d'examiner aussi l'impact de réformes structurelles pour les activités autres que les semi-conducteurs", a ajouté Toshiba.

Des regroupements envisagés

Lors d'une conférence de presse tenue lundi soir à propos d'une amende de 7,37 milliards de yens (55 millions d'euros) préconisée par le gendarme boursier japonais à la suite d'un scandale de falsifications comptables, le patron du groupe a indiqué que plusieurs options étaient à l'étude pour les activités de PC et d'appareils électroménagers.

La presse nippone évoque notamment un possible regroupement de l'activité des produits blancs de Toshiba avec ceux de son compatriote Sharp, également à la peine. Quant à la division des PC, elle pourrait rejoindre celles de Fujitsu et Vaio (nom de l'entreprise créée pour reprendre l'activité éponyme des PC de Sony). Ces informations ne réjouissaient guère les investisseurs à la Bourse de Tokyo. Mardi matin, le titre Toshiba cédait 2% à 296 yens et Sharp 0,77%.

la rédaction avec AFP