BFM Business

Vincent Bolloré prend pied chez Telecom Italia

Au départ, Vivendi a déboursé un milliard d'euros pour monter au capital à hauteur de 15%, au lieu des 8,4% initialement prévus.

Au départ, Vivendi a déboursé un milliard d'euros pour monter au capital à hauteur de 15%, au lieu des 8,4% initialement prévus. - Eric PIermont-AFP

Vivendi devient l'actionnaire de référence de Telecom Italia, avec 14,9% du capital de l'opérateur italien. Il veut participer à la recomposition du secteur audiovisuel en Italie.

Vivendi entre à hauteur de 14,9% dans le capital de Telecom Italia, au lieu des 8,3% initialement prévus. Outre les 8,24% qui lui revenaient au titre de son accord avec Telefonica, Vivendi a fait l'acquisition de 6,6% du capital de Telecom Italia, représentant un décaissement global de l'ordre de 1 milliard d'euros.

Vivendi remplace donc l'opérateur historique espagnol dans son rôle d'actionnaire de référence.

En montant en puissance dans le capital de Telecom Italia, Vivendi cherche t-il à revenir dans le secteur des télécoms, un an après avoir cédé SFR ? Pas forcément. 

L'homme fort de Vivendi, Vincent Bolloré, a la réputation d'agir sans précipitation. Il peut aussi agir comme investisseur de long terme et exercer toute son influence au sein de l'opérateur historique d'Italie, avec seulement 15% du capital, en raison de son relatif éclatement.

Vivendi veut se placer en embuscade dans la péninsule

Vivendi n'exclut pas d'augmenter encore sa participation dans Telecom Italia après être devenu le premier actionnaire de l'opérateur télécoms italien, a déclare Arnaud de Puyfontaine, le directeur général du groupe de médias français, cité jeudi par le quotidien italien Corriere della Sera.

Le président du conseil de surveillance de Vivendi, Vincent Bolloré, a de longue date manifesté un intérêt dans la recomposition potentielle du secteur audiovisuel en Italie, ce qui explique la décision d'investir dans un opérateur après le désengagement de Vivendi dans SFR, effectué l'an passé.

"Cet investissement constitue une opportunité de se développer sur un marché dont les perspectives de croissance sont significatives et dont l'appétence pour des contenus de qualité est très forte" indique le groupe français

Vincent Bolloré a, par ailleurs, une image d'homme d'affaires avisé en Italie. Il a acquis dans la péninsule ses lettres de noblesse, en détenant plus de 8% de Mediobanca, dont il actionnaire depuis plus de 13 ans.

Frédéric Bergé avec AFP