BFM Business

Un Suisse a créé ce bracelet pour aider les femmes à avoir un bébé

Ce bracelet va aider les couples à savoir les jours les plus propices à la conception d’un enfant.

Ce bracelet va aider les couples à savoir les jours les plus propices à la conception d’un enfant. - Capture site Ava

La société suisse Ava vient de lever plus de 2 millions d’euros pour lancer son invention en 2016. Le bracelet connecté préviendra les couples du moment le plus favorable à la conception d’un enfant.

Le monde des objets connectés entre chaque jour un peu plus dans nos vies quotidiennes. Mais le projet d’Ava va leur donner une place encore plus centrale... dans la vie des couples. Cette start-up zurichoise a développé un bracelet connecté qui ne donnera pas l’heure, ne calculera pas les calories dépensées et n’enverra pas d’alerte quand vous recevez un SMS. Sa fonction est plus essentielle, du moins pour toutes les femmes qui peinent à avoir des enfants.

En fait, ce bracelet va les aider à savoir les jours les plus propices à la fécondation, en ne se contentant pas de simples relevés de températures. Il enregistre une multitude de données fournies par une dizaine de capteurs installés sur le corps. Les capteurs enregistrent les phases de sommeil, le rythme cardiaque ainsi que d’autres paramètres transmis par l’épiderme.

Un équipement nocturne qui anticipe l'ovulation

Bien sûr, Ava n’impose pas de porter son dispositif du matin au soir. Comme l’explique Pascal Koenig, fondateur d'Ava, il faudra le porter seulement la nuit. "Les données récoltées sont plus fiables", explique-t-il en précisant aussi "l’on n’a pas forcément envie de montrer au monde entier que l’on cherche à avoir des enfants". Et au réveil, toutes ces informations seront transférées sur son smartphone.

Reste une question que tout le monde pose. Faut-il passer à l’acte dès lors que le bracelet indique que c’est le bon moment. En fait, non, car le système n’est heureusement pas en temps réel. Il anticipe le meilleur moment pour concevoir sa progéniture. Ainsi, le couple a le temps de prendre ses dispositions.

Pour financer ce projet, Ava a réussi une levée de 2,6 millions de francs suisses (204 millions d’euros) auprès de Swisscom et de la Banque cantonale de Zurich. "Nous aurions pu rassembler bien davantage que 2,6 millions tant le projet soulève de l’intérêt, précise Pascal Koenig, fondateur d’Ava, dans un entretien donné à la presse helvétique. Mais comme ces investisseurs prennent également des parts dans la société, nous voulions rester prudents."

Ava prévoit de lancer son bracelet dès 2016, mais les pré-commandes sont d'ores et déjà ouvertes. Il devrait coûter aux alentours de 200 euros.

Pascal Samama