BFM Business

Rachat de SFR par Numericable: passe d'armes entre Martin Bouygues et Vivendi

Martin Bouygues critique les "anomalies" de l'appel d'offre sur SFR.

Martin Bouygues critique les "anomalies" de l'appel d'offre sur SFR. - -

Le patron de Bouygues critique sévèrement le processus de cession de SFR, dans une interview publiée dans le Figaro de ce samedi 12 avril. Immédiatement, Vivendi a réagi en affirmant que la vente de sa filiale a été faite "en toute transparence".

La guerre autour du rachat de SFR n'est décidément pas terminée. Dans une interview accordée au Figaro du samedi 12 avril, mais dont le contenu a été révélé ce vendredi 11 avril, Martin Bouygues, le PDG du groupe éponyme, règle ses comptes.

Il critique ainsi avec vigueur le processus de cession de la filiale télécoms de Vivendi, qui a finalement préféré l'offre de Numericable à celle de Bouygues Telecom.

"Des appels d'offres compliqués, tordus, bizarres, j'en ai vu beaucoup. Mais je n'imaginais pas de telles pratiques dans un tel dossier… à Paris de surcroît!", peste-t-il dans les colonnes du journal.

La réponse de Vivendi

"Tout a été fait pour ne pas permettre à Bouygues de présenter ses offres et ses arguments au Conseil de surveillance. Les anomalies se sont multipliées", poursuit-il.

Pour justifier sa décision, Vivendi, arguait notamment que la cession de SFR à Bouygues aurait présenté davantage de risques concurrentiels, et aurait été davantage susceptible d'être bloqué par les autorités de régulation. "Le risque d'un veto par l'Autorité de la concurrence n'existait pas et vous savez que celle-ci n'a jamais interdit une opération de concentration. Il fallait bien un prétexte pour nous éliminer", affirme sur ce sujet, Martin Bouygues.

La réaction de Vivendi n'a pas tardé. Le vendredi soir, le groupe français a publié un communiqué répondant aux propos de Martin Bouygues. "Vivendi affirme que la procédure qui l'a conduit à choisir l'offre d'Altice/Numericable en dépit des pressions, des mises en cause déplaisantes dont ses équipes n'ont cessé d'être l'objet, l'a été en toute transparence et avec le souci constant de l'intérêt social de l'entreprise, de ses salariés et de ses actionnaires", fait valoir l'entreprise.

"Vivendi se refuse, dès lors, à polémiquer, mais réserve tous ses droits", ajoute-t-elle.

Bouygues Télécom peut rester seul

Par ailleurs, toujours dans cette même interview, Martin Bouygues affirme que Bouygues Télécom peut encore voler de ses propres ailes.

"Bouygues Telecom peut rester seul car il peut compter sur le groupe Bouygues, qui peut lui fournir des moyens importants pour gagner la rude bataille qui s'annonce", explique Martin Bouygues alors que les rumeurs vont bon train sur la vente de la filiale télécoms de son groupe à Free. Rumeurs que Martin Bouygues s'est refusé à commenter.

J.M.