BFM Business

Pourquoi Microsoft a dépassé Google en Bourse

-

- - Microsoft Google

Avec une capitalisation de 760 milliards de dollars, Microsoft vient de dépasser Google qui l'avait surclassé six ans plus tôt. Une renaissance inattendue de la firme de Bill Gates.

Google c'est l'avenir, le monde de l'internet et du mobile, alors que Microsoft c'est l'ancien monde, celui du PC déclinant. Voilà comment on analysait en 2012 le passage de Google devant Microsoft en termes de capitalisation boursière. D'ailleurs le terme Gafa apparu à la fin des années 2000 ne comportait pas initialement le "M" de Microsoft (on parle aujourd'hui de Gafam). Eric Schmidt, l'ancien patron de Google parlait alors de ce "Gang of four" de la tech comme des sociétés à la croissance incroyable capables de révolutionner la vie du consommateur. "Microsoft ne fait pas partie de cette révolution", assurait-il même en 2011.

Et si la prédiction s'est avérée exacte durant quelques années, aujourd'hui c'est pourtant Microsoft qui vient de dépasser Google. La firme de Bill Gates valait ce 30 mai, 760 milliards de dollars à la Bourse de New York et celle de Larry Page et Serguei Brin, 744 milliards. Des valeurs d'ailleurs trois fois supérieures pour chacune des deux à celles de 2012. 

 "Nous sommes très différents d'Apple"

Car ce n'est pas Google qui est sanctionné dans ce passage de relais symbolique, c'est plutôt Microsoft qui est davantage plébiscité. Et surtout, la stratégie de son président Satya Nadella. Lorsqu'il a pris les commandes du géant de Redmond en 2014, la société valait 302 milliards de dollars, soit plus de deux fois moins qu'aujourd'hui. Dans les géants de la tech américaine, seul Amazon a connu une progression plus importante.

Et pour y parvenir, Satya Nadella a fait une révolution en douceur chez Microsoft. Sans renier l'héritage transmis par l'ancien PDG Steve Ballmer, il a cessé progressivement de faire la course avec Apple sur le marché grand public. Petit à petit, il a abandonné le mobile (cession de Nokia, arrêt de Windows Phone), la musique (Groove) ou les produits connectés. "Nous sommes très différent d'Apple, nous sommes un créateur d'outils, nous ne sommes pas un bon fabricant de produits de luxe", explique Satya Nadella dans son livre Hit Refresh paru en 2017. 

Plutôt que de s'éparpiller, Microsoft a préféré conforter ses trois piliers que sont le monde de l'entreprise, les jeux vidéos et les technologies d'avenir. La firme a ainsi mis le paquet sur le cloud computing (le stockage en ligne pour les entreprises) pour devenir leader mondial du secteur. Et ça a payé. Au premier trimestre 2018, Azure (Microsoft) a dépassé AWS (Amazon) en comparaison du chiffre d'affaires généré. Durant l'année 2018, Microsoft deviendra probablement la première entreprise à réaliser plus de 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires grâce au cloud. 

Minecraft a gagné 34 millions de joueurs en un an

Toujours dans le monde professionnel, Microsoft semble avoir réussi son pari avec LinkedIn. Racheté 26 milliards de dollars en 2016, le réseau social des professionnels a dégagé un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de dollars au premier trimestre, soit 37% de plus qu'un an plus tôt.

Mais Microsoft ne s'est pas pour autant coupé des activités grand public de loisir. La compagnie s'est offert Mojang, le créateur du jeu phénomène Minecraft pour 2,5 milliards de dollars en 2014. Vendu à 144 millions d'exemplaires, Minecraft est le deuxième jeu le plus vendu de l'Histoire derrière Tetris. Et le titre continue d'attirer de nouveaux joueurs. Il en compte 74 millions aujourd'hui contre 40 millions il y a un an.

Enfin, la compagnie américaine continue d'investir fortement dans les activités d'avenir comme l'intelligence artificielle (IA). En France, il vient d'annoncer un investissement de 30 millions de dollars dans ce domaine.

Satya Nadella a proposé une nouvelle organisation en début d'année faisant de l'IA une division à part entière et Windows (moins contributeur à l'activité depuis quelques années) une simple entité de la division Produits. Surtout, il a décidé en 2017 de s'unir avec Amazon pour développer ces services. Désormais Cortana (l'IA de Microsoft plutôt axé sur le monde de l'entreprise) communique avec Alexa (l'IA d'Amazon plus grand public). Une alliance complémentaire pour deux acteurs qui ont chacun de manière différente échoué à s'imposer dans le mobile à la différence d'Apple et Google. Bref, la guerre de l'après-smartphone est déjà lancée et c'est l'ancien (Microsoft) qui a cette fois le vent en poupe. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco