BFM Business

Pourquoi Bpifrance soutient un opérateur télécoms alternatif

Pour l'Autorité de la concurrence, la reprise par Kosc du réseau ADSL de Complétel vise à maintenir une concurrence effective sur les marchés de gros et de détail des services de télécommunications fixes aux entreprises.

Pour l'Autorité de la concurrence, la reprise par Kosc du réseau ADSL de Complétel vise à maintenir une concurrence effective sur les marchés de gros et de détail des services de télécommunications fixes aux entreprises. - Fred Tanneau-AFP

"La banque publique injecte 9 millions d'euros dans Kosc Telecom. Ainsi renforcé, cet opérateur pour entreprises né en 2015, pourrait participer à d'autres consolidations à venir sur un marché dominé par SFR et Orange."

À l'heure de la consolidation dans les télécoms, un nouvel acteur peut-il venir animer la concurrence? C'est tout le pari de Bpifrance qui apporte 9 millions d’euros à Kosc Telecom, pour accélérer la réalisation de son plan d’affaires.

La banque publique va permettre à la société d’accroître ses moyens financiers à travers une prise de participation à son capital et la mise en place d’un prêt sans garantie.

"Cet accompagnement va nous permettre d’accélérer notre développement pour être en mesure de proposer nos premières offres commerciales d’ici à la fin du mois", déclare Antoine Fournier qui a pris la direction générale de l’opérateur en janvier 2016. Son président, Yann de Prince, ajoute: "Les pouvoirs publics sont très attentifs au marché des télécoms pour entreprises dont la concurrence reste encore limitée".

Orange et SFR, un duopole de fait sur le marché des entreprises

C'est une allusion directe à la situation actuelle de ce marché. Les services télécoms professionnels sont dominés par Orange, qui a été condamné à 350 millions d'euros pour abus de position dominante, et SFR, qu'on dit candidat au rachat de la clientèle de Bouygues Telecom Entreprise, en cas d'accord avec Orange.

L'ironie de l'histoire veut que Kosc Telecom soit lui-même né d'une opération de consolidation précédente. Lors du rachat fin 2014 de SFR par Numericable, l'Autorité de la concurrence avait imposé la cession du réseau ADSL (haut débit) de Completel, l'ex-filiale de Numericable spécialisée dans les télécoms pour entreprises. Le consortium Kosc, fort notamment de la participation d'OVH, emporta le morceau fin 2015, avec la bénédiction de l'Autorité de la concurrence pour animer le marché. 

Kosc est actif sur le marché de gros des télécoms, ne commercialisant pas ses offres directement aux entreprises, mais à d'autres opérateurs alternatifs. Mais rien ne l'empêche d'évoluer à terme. "Kosc Telecom va favoriser et accélérer l’accès des entreprises au haut et très haut débit en France" estime Thomas Bouton, directeur d'investissement chez Bpifrance.

Kosc Telecom étudiera des options de croissance externe

L'investissement de la banque publique survient alors que des cessions d'actifs télécoms vont intervenir à l'occasion du rapprochement probable entre Orange et Bouygues. Rien ne dit, dans ce contexte, que l'Autorité de la concurrence valide une rétrocession ultérieure d'actifs de Bouygues Telecom au profit de SFR alors qu'elle a déjà contraint Altice (maison-mère de SFR) à céder le réseau de Complétel sur le marché des entreprises.

Autrement dit, en l'absence d'intérêt de Free pour ce marché, un acteur comme Kosc Telecom, désormais renforcé financièrement, pourrait être un candidat sérieux à la reprise de certains actifs de Bouygues comme les réseaux fixes ou une partie de la clientèle professionnelle (PME).

"Nous allons pouvoir examiner des possibilités d’investissement et de croissance externe. Les pouvoirs publics sont très attentifs au déploiement du réseau très haut débit optique qui constitue un véritable enjeu pour les TPE-PME et pour la vitalité du tissu économique, particulièrement en zone rurale" a déclaré Yann de Prince, président du nouvel opérateur. Faut-il y voir une perche déjà tendue au gouvernement et aux différentes autorités qui se pencheront sur le rapprochement probable entre Orange et Bouygues?

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco